mercredi 31 août 2016

Pas si bêtes, les animaux

Qui côtoie des animaux sans les considérer comme de vulgaires "produits" à commercialiser est au courant depuis belle lurette qu'ils sont des êtres animés à part entière, avec un esprit et donc des sensations, voire des pensées.  
Mais si, mais si. 
(Les bébés humains aussi, comme l'ont récemment découvert des médecins à la pointe du progrès.)

Puisque certains ont besoin de preuves scientifiques pour admettre l'évidence, voici un article encourageant :

Les chiens distinguent mots et intonations… comme les humains

Une étude hongroise, qui a observé par IRM le cerveau canin, montre qu’il prête attention à ce que nous disons et à la manière dont nous le faisons. 
(Non, sans blague ?)

lundi 29 août 2016

Changements au Ministère des Affaires étrangères

A partir du 30 août 2016, S.E. Jean-Christophe Peaucelle, Conseiller pour les Affaires religieuses, sera secondé par Monsieur Jean-Christophe Thiabaud, qui succède à Monsieur Yves Teyssier d'Orfeuil, désormais "numéro deux" à l'Ambassade près le Saint Siège à Rome.

Meilleurs voeux à ces Messieurs qui assument des fonctions délicates et d'une extrême importance.

Réincarnations du petit père Combes ?

La période est difficile. La crise sévit ; le terrorisme fait des ravages ; les catastrophes "naturelles" (pas tant que ça, mais bon...) se succèdent.

Heureusement, de hauts responsables réfléchissent et font des propositions constructives.

Et ils fixent des priorités.

Pour tels, une priorité, voire la priorité, est de bannir tout signe religieux de l'espace public français.

Les dossiers chômage, sécurité et autres questions mineures telles que l'environnement ou l'éducation attendront. L'urgence est la chasse aux signes religieux, sources de tous les vices, de tous les maux.

Ils vont avoir du boulot...

Le chantier est de taille, entre les noms de lieux scandaleusement connotés (Saint/Sainte xxx) à remplacer et les croix qui se dressent par ci par là à faire disparaître du paysage public, sans oublier les prénoms à laïciser  - exit les Pierre, Marie, David, Mohammed ; bienvenue aux Brutus, Kevin, Prune, Fêtnat -, la constitution à amender ou encore la loi de 1905 à réformer.

Les programmes d'histoire comme de philosophie sont à revoir de fond en comble.
La langue, la littérature, la musique, la peinture, la sculpture et autres arts à expurger.
Le Frexit à organiser.
Quelques Ambassades de France à fermer, à commencer par celle près le Saint Siège, ou encore en Grande-Bretagne, et plus généralement dans les pays ayant une religion d'Etat. Tant qu'à faire, mieux vaut aussi suspendre les relations commerciales.

Fi du titre de chanoine d'honneur de Saint-Jean de Latran et de la stalle réservée au président français en la basilique du pape à Rome.

Quant aux édifices  dénommés églises ou cathédrales, qui  relèvent du domaine public depuis plus d'un siècle, il faut au plus vite les nettoyer des vitraux, statues et autres crucifix. Les célébrants (célébrant quoi ?) doivent y porter des costumes enfin conformes aux bonnes moeurs, et réserver les vêtements liturgiques pour un usage strictement privé.
Au fond, le costume mao, c'était une bonne idée, à revisiter promptement. 

La fiche de poste s'allonge, s'allonge...

Ainsi, comment pourrait-on tolérer plus longtemps des écoles religieuses sous contrat ; des bâtiments outrageusement cultuels dans les rues au vu et au sus de tout le monde ; des mots aussi connotés que ministre, Elysée, dimanche, pets de nonne, religieuse (le gâteau) et tant d'autres termes usuels ?

Il faut au plus vite rétablir partout de stricts contrôles aux frontières, et veiller à ce que toute personne pénétrant sur le territoire ait une tenue correcte, dénuée du moindre signe religieux. Ainsi, tout barbu doit produire la preuve que ses motivations sont strictement esthétiques, sous peine de rasage ou d'expulsion.
 Etc., etc.

Comme quoi les phénomènes sont bien dépendants les uns des autres.
Sitôt qu'on modifie un élément, cela entraîne des répercussions à n'en plus finir, ou presque.
En revanche, la réunion de causes et réunions d'un certain type entraîne forcément des résultats présentant des traits similaires. C'est un point important, qui mérite d'être pris en considération, avec moult applications pratiques dans chaque acte de la vie.

De la théorie à la pratique, un pas infranchissable ?

"Que les riches vivent plus simplement pour que les pauvres puissent simplement vivre." 
Gandhi

samedi 27 août 2016

De l'aliénation et des modes

Il est des modes linguistiques comme il est des modes vestimentaires.

Ces derniers mois, moult articles exhibaient dans leur titre l'adjectif "glaçant", mais la canicule semble avoir fait fondre son usage. Tant mieux, car c'était assez agaçant.

Dans mon jeune temps, un mot fort était aliénation
Il m'est revenu en mémoire depuis qu'on ne cesse de parler de burkini.

Dans les belles années 60/70, période bénie de contestation tous azimuts, tout ou presque était allégrement qualifié d'aliénation. A juste titre, tout bien réfléchi.

Eh bien oui, sans doute, le burkini est une aliénation. 
Le bikini aussi, sans oublier le maillot une pièce.
J'ai découvert avec surprise que l'opprobre est apparemment encore jetée de nos jours sur les femmes qui osent se faire dorer sur la plage seins nus. 
Si la désapprobation vient d'un dermatologue, je peux l'entendre.
 Sinon, ... je n'ai jamais compris pourquoi la poitrine d'une femme serait plus indécente que celle d'un homme. Je croyais que la mode de l'allaitement avait réglé le problème, mais non.

* Aliénation aussi le maquillage  et/ou les chaussures à hauts talons imposés aux femmes dans l'entreprise et la "bonne société" - ça coûte cher, c'est inconfortable et ce n'est "beau" qu'aux yeux de ceux qui partagent les mêmes critères esthétiques.

* Aliénation de même le costume cravate imposé aux hommes dans ces mêmes cadres - cela coûte également cher (moins depuis l'abandon du gilet) et cela n'est guère non plus confortable, mais c'est quand même moins nocif pour la peau et les chevilles que les instruments de torture de nos jours réservés aux femmes (la cour royale était plus égalitaire, en les infligeant aussi à ces Messieurs dûment perruqués et poudrés).

Avec le recul, le mot aliénation se semble ô combien pertinent pour qualifier le samsara et l'environnement qu'il induit.
Nous sommes aliénés par notre corps qui nous asservit tout au long de notre vie en nous contraignant à lui accorder des soins vigilants jour et nuit.
Nous sommes aliénés par notre esprit et plus précisément nos facteurs perturbateurs qui
nous asservissent tout au long de nos vies samsariques en nous poussant à d'incessantes activités physiques, orales et mentales, qui à leur tour participent à notre conditionnement.

Une seule solution, la révolution !
La révolution intérieure bien sûr : la révolution extérieure est souvent tentante, parfois nécessaire, mais hélas pas suffisante, comme le prouve notre histoire  passée et présente.

dimanche 21 août 2016

Assez ou pas assez de ressources ?

Selon Gandhi, Il y a assez sur terre pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire l’avidité de chacun...

samedi 20 août 2016

Veneux Festival Terre Avenir les 10 et 11 septembre 2016


Dimanche 11 septembre à 17h00 
à la Maison des Associations

Conférence de la Vén. Marie-Stella Boussemart :
Le rapport de l’Homme à la Terre
Dans un contexte de course à la satisfaction de nos besoins, comment retrouver notre chemin ? 

Marie-Stella Boussemart est membre fondateur de la Congrégation Ganden Ling (Veneux-Les Sablons) dirigée par le Vénérable Dagpo Rimpotché. Elle est Docteur en tibétain, a enseigné la langue et la culture tibétaine à l’Inalco,  a été Présidente de l’Union Bouddhiste de France de mai 2012 à mars 2015 et est membre de la Conférence des responsables de culte en France. Elle nous montrera que la transformation individuelle est possible. Elle passe notamment par un changement de notre rapport à la Terre et au monde du Vivant.

Et la logique, dans tout ça ?

Je ne suis pas fan du burkini mais je regrette que les femmes soient comme souvent les objets (les victimes) de la polémique estivale - qui a l'appréciable avantage de détourner l'attention de problèmes autrement graves...

Quant à la "logique" des arguments avancés pour l'interdire, ... 
Bonnes moeurs et hygiène ? Vraiment ?

Ordre public
 Passons sur la rixe de Sisco en Corse, où il n'y avait pas l'ombre d'un burkini...

Les "bonnes moeurs" ? 
Outre le fait que cet argument sonne très Ancien Régime - on se croirait revenu au XIXe siècle, ou en tout cas avant mai 1968 -, les "bonnes moeurs" ont manifestement beaucoup évolué en quelques décennies.

Dans mon jeune temps, les règlements scolaires prohibaient les jupes trop courtes, s'arrêtant au-dessus du genou. Désormais, ils prohibent les jupes en-dessous du genou.

Dans sa jeunesse, ma mère et encore plus sa mère et sa grand-mère ne seraient jamais sorties "en cheveux", c'est-à-dire tête découverte. Quant à leurs  tenues de bain, elles étaient terriblement indécentes selon les critères 2016.

Désormais, les règlements scolaires prohibent les couvre-chefs, même au plus fort de l'hiver. Tant pis pour les rhumes, les bronchites, et le trou de la sécurité sociale.

Les règles d'hygiène ? A la mer ? 
Je suis curieuse  de voir comment, au Touquet ou ailleurs sur la côte, les pêcheurs de crevettes ou vont appliquer le décret récent. :-)





 

Le temps s'accélère ave l'âge

De la relativité de la notion de temps, qui dépend de toutes sortes de causes et conditions - comme tout phénomène composé du reste.

Pourquoi le temps semble filer plus vite avec l'âge


Soutra sur l'amour

Voici ce que doit faire l’homme habile dans la recherche du bonheur,
Et qui veut vivre en paix :
Être capable, droit, parfaitement droit
Conciliant, doux, et humble.
Satisfait de tout et supportant aisément son sort
Qu’il ne se laisse pas submergé par les affaires du monde, et vivre dans la simplicité,
Que ses sens soient maitrisés et qu’il demeure prudent
Ni arrogant, ni avide des plaisirs de ce monde.
Qu’il ne fasse rien qui soit mesquin
et qui pourrait être désapprouvée par les sages
Que tous les êtres vivent dans la joie et la sécurité
Que tous soient heureux
Que tous les êtres, sans exception,
Les faibles comme les forts,
Les gros comme les grands,
Les moyens, les petits, les grossiers
Qu’ils soient visibles ou invisibles,
Qu’ils soient proches ou lointains,
Qu’ils soient déjà nés ou encore à naître.
Que tous soient heureux.
Envers n’importe qui et dans n’importe circonstance
Ne jamais tromper ni mépriser
Dans la haine ou la colère
Ne jamais souhaiter de mal à autrui
Ainsi qu’une mère aime son enfant unique
Prête à tous les sacrifices pour le protéger
Ainsi avec un amour sans limite
doit on chérir tous les êtres
Il faut cultiver la bonté sans limite à l’égard du monde entier
Vers le haut et vers le bas comme horizontalement,
Sans obstacle sans haine et sans inimitié
Debout ou marchant, assis ou couché
Et tant que l’esprit reste lucide et éveillé,
Il faut développer cette attention juste
Car c’est la Suprême façon de vivre.
Ne pas s’égarer dans les vues fausses
Cultiver une vie vertueuse, avoir une vision intérieure profonde
S’arracher des appétits des sens
Alors, on ne renaîtra plus dans ce monde.
- Mettâ sutta (Soutra sur l'amour), Suttanipâta 1

vendredi 19 août 2016

Autres temps, autres moeurs


 

 ... lorsqu'on vient d'en rire, on devrait en pleurer ! (Musset)


jeudi 18 août 2016

Et nous sommes fiers de nous...

Au nombre des facteurs perturbateurs secondaires figure la "pseudo sagesse",  à savoir une "qualité" qui ressemble à l'intelligence, mais qui y ressemble seulement...

 

mardi 16 août 2016

Les jeunes, capables du meilleur et du ....

L'histoire, terriblement répétitive, ne cesse de mettre en évidence l'immense potentiel de la jeunesse. Elle nous montre et nous remontre aussi l'importance capitale de l'éducation et de l'instruction...

Après tout, si des jeunes endoctrinés tournent en Hilterjugend, gardes rouges ou djihadistes, c'est suite à une plus que regrettable utilisation de capacités qui bien canalisées pourraient faire merveille.

C'est ici qu'intervient la responsabilité des personnes en charge de l'éducation, y compris (et surtout ?) les concepteurs de jeux vidéos, réalisateurs de séries et autres auteurs pour la jeunesse...



Une seule solution la révolution - intérieure

Dans le samsara, toute période est difficile, ici ou là. Ou plutôt ici et là.

J'ai cru comprendre des Enseignements du Bouddha qu'il est impossible d'améliorer le samsara : il est en tout et pour tout de la nature de la souffrance.
Seule solution : la libération, autrement dénommée l'Eveil : le challenge est de s'éveiller à la sagesse, qui seule libère de l'ignorance.

La méthode consiste en le triplé gagnant de l'étude (l'écoute), la réflexion et la méditation, selon la terminologie interne.
En termes plus simples, il faut d'abord apprendre de ceux qui savent, puis faire l'effort nécessaire pour comprendre par soi-même, et enfin assimiler jusqu'à ce que cela devienne une évidence.

Plus facile à dire qu'à faire, mais le jeu en vaut sans doute la chandelle.




lundi 15 août 2016

Assomption

En ce jour symbolique de l'Assomption, je joins mes prières à celles qui s'élèvent un peu partout dans le monde pour plus de paix et de douceur en ce bas-monde.

Profondément affectée par le lâche assassinat d'un vieux prêtre français en son église au cours d'une célébration, je formule des prières ardentes pour que l'amour et la sagesse vainquent au plus vite la haine et l'ignorance.

vendredi 12 août 2016

La Laïcté pour les Nuls





" La laïcité est une notion "à la mode'. On en parle à longueur d'ondes, elle couvre les kiosques à journaux, on la met à toutes les sauces. Bien sûr, tout le monde est pour. Ou presque. Mais, mal connue, instrumentalisée, la laïcité devient parfois un prétexte commode pour parler d'autre chose. Intellectuellement, bien sûr il n'y a pas qu'une laïcité. La notion est soumise, depuis ses origines, à de nombreux débats, toujours très vifs aujourd'hui. Juridiquement, la notion n'est pas si difficile à comprendre si on accepte de s'y arrêter un peu. La laïcité française est d'abord et avant tout une réalité concrète et quotidienne, très encadrée. La plupart des réponses aux difficultés auxquelles elle est parfois confrontée se trouve, le plus souvent, dans l'observation de cette réalité. "
Nicolas Cadène

lundi 1 août 2016

Le parler vrai

Extrait du discours du Pape François à Cracovie :

Chers jeunes, nous ne sommes pas venus au monde pour végéter, pour vivre dans la facilité, pour faire de la vie un divan qui nous endorme ; au contraire, nous sommes venus pour autre chose, pour laisser une empreinte (…). Mais quand nous choisissons le confort, en confondant bonheur et consumérisme, alors le prix que nous payons est très élevé : nous perdons la liberté. Il y a une grande paralysie lorsque nous commençons à penser que le bonheur est synonyme de confort, qu’être heureux, c’est marcher dans la vie, endormi ou drogué, que l’unique manière d’être heureux est d’être comme un abruti.

Premier tour de la Roue du Dharma Chökhor Düchen le 6 août 2016

C'est à Sarnath, au Parc des gazelles, que jadis le Bouddha Shakyamouni mit en mouvement, pour la première fois, la Roue du Dharma,  en enseignant le Soutra des Quatre Nobles Vérités, socle de tout son Enseignement.