dimanche 31 janvier 2010

Sourire quand même

Maître Dôgen (Zen Soto) conseillait :

" Offrez votre sourire pour le bonheur et l'éveil de tous les êtres …"

Situation critique en Mongolie




BRIEFING BY G. ZANDANSHATAR,
MINISTER FOR FOREIGN AFFAIRS AND TRADE,ON BAD WINTERING

Ulaanbaatar, 18 January 2010
Ambassadors,
Ladies and Gentlemen,

First of all, I wish to inform you that the Government of Mongolia is offering its sympathy to the people of Haiti who have suffered devastating earthquake consequences. Our condolences go also to Secretary-General Ban Ki-moon and the families of UN staff who lost their lives while serving the humanitarian cause.

Everywhere in the world, we witness the dire consequences of climate change that result in frequented natural disasters.

Ladies and Gentlemen,
Mongolia is facing also a difficult time. An extreme cold weather has taken lives. Heavy snow falls have buried pastures. It seems to be the beginning of months of natural disaster that the international community has known as zud. Previously, a similar situation occurred in 1999 through 2002. Tens of human lives and a combined number of 11 million animals were lost in that zud. The international community gave their hands at that difficult time and helped relieve the severe consequences.
As experts say, a zud seems to happen every 10 or so years. Therefore, the Government of Mongolia is taking numerous actions to cope with this severe winter.

The State Emergency Commission has issued an appeal to all population, state and non-governmental organizations and private sector to launch an aid campaign to support herders materially and morally.
Within this campaign framework, the Ministry of Foreign Affairs and Trade is organizing this briefing on the current situation.

Even in Ulaanbaatar we all could witness the temperature, coldest in recent years. The drop has been a record in many aimags. Most of the aimags are covered by up to 50 centimeters of snow. As of today, 776.7 thousand animals were lost. Many transport routes have been blocked by heavy snow.
The severe wintering hit altogether 198 soums in 19 aimags of which 94 soums in 8 aimags have plunged into a zud.
Weather forecasts suggest that snow falls and cold temperature will continue throughout January and February. This will amount to an end of pasture and fodder and a considerable loss of animals.
The Government’s priority is to prevent undue loss of human lives. Herders lose their lives while trying to save their animals. Therefore, the Government is delivering to most affected areas fodder and forage from its reserve to keep the herders in their winter refuge.
Heavy machinery, ambulance vehicles, trucks are mobilized to reach affected towns and families. Fuel costs are financed by the Government.

Though the Government and the population at large are doing their best, the severity and the duration of such an extreme weather could overwhelm our capacity and resources.
As you may know, about 70 percent of the territory suffered from drought last year. That means the pastural capacity shrank considerably. This coupled with heavy snow and cold temperature will starve many animals to death. The peak usually happens in April and May.

The loss of their only living source will devastate herders’ families. Economic and social impacts will be disastrous.

Ladies and Gentlemen,
Despite our efforts, we might need additional assistance and support from our donors and partners. The Mongolians always appreciate the help and support rendered by our friendly countries and organizations during the past natural calamities.
Supply of emergency essentials that help save lives will be most welcome. These might include warm clothing, portable power and heating devices, high calorie foods, first-aid kits, etc.
I think we could have saved many lives had the herders had human tracking devices.
If we save as many as possible animals, that would help prevent many primary and secondary aftermaths. Therefore, it is essential to provide those most needed with animal fodders, animal shelters and clothing.

Finally, I should tell you that it is not yet a “Red Alert” situation. However, we seem to be moving closer to it. Therefore, I ask you to consider what you can do if a disaster becomes imminent.
Nevertheless, as we know, prevention is better than cure. That is why we wish to cooperate with you on preventive measures to the extent possible to minimize possible negative consequences for our herders and their living source.

In conclusion, I thank you for your time and care. If any questions, our respective ministries and agencies are present here to give detailed answers.
Thank you.

(
Déclaration de Monsieur G. Zandanshatar, Ministre des Affaires Etrangères et du Commerce International, communiquée par l'Association Guillaume de Rubrouck)

Un "zud" menace la Mongolie

"Il arrive de Mongolie des nouvelles très inquiétantes : les conditions météorologiques depuis le début de l'hiver sont à nouveau extrêmement rudes et dangereuses et il semble qu'un nouveau zud - après ceux de 1999 et de 2002 qui ont causé la perte de plus de 11 000 000 de têtes de bétail et jeté des centaines de milliers d'éleveurs, avec leur famille, dans la plus extrême pauvreté - soit en train de s'abattre sur la Mongolie.

La combinaison de températures relativement douces certains jours, propices à d'abondantes chutes de neige, et de températures extrêmement froides les jours suivants est l'une des situations qui mènent à ces catastrophes climatiques qui semblent de plus en plus fréquentes, probablement en raison du réchauffement global du climat de notre planète."

Extrait d'un message de l'Association Guillaume de Rubrouck

samedi 30 janvier 2010

Rencontre sur les problèmes liés à la fin de vie

Rencontre organisée le 15 janvier (au Palais du Luxembourg) par l’Association Française d’Echanges et d’Initiatives (AFEI), le Conseil National pour les personnes âgées (CNPA) et le Mouvement International des Seniors.
La rencontre sera diffusée sur
- la radio Vivre 93.9 bande FM
  • samedi 6 et dim. 7 février à 10h
  • lundi 8 février à 13h

Calendrier tibétain 2011

Comme je viens de récupérer un nouveau calendrier tibétain (ce qui signifie que dans d'autres traditions existent d'autres calendriers lunaires), je me suis amusée à relever les dates phares pour les partager avec vous, des fois que ça puisse vous être utile.

- Losar (Lo gsar ; Nouvel An lunaire)
14 février 2010


- Mönlam (sMon lam ; Grande Prière ; jour principal : 15ème jour 1er mois lunaire)
28 février


- Sagadawa / Vesak (Naissance, Eveil et Parinirvana du Bouddha Shakyamouni ; 15ème jour 4ème mois lunaire)
27 mai


- Chökhor Tüchen (Premier Enseignement du Bouddha ; Chos 'khor dus chen ; 4ème jour 6ème mois lunaire)
15 juillet


- Lhabab Tüchen (Retour du Bouddha après un un séjour dans le Monde des deva des 33 ; Lha babs dus chen ; 22ème jour 9 ème mois lunaire)
29 octobre


- Ganden Namchö (Paranirvana de Je Tsongkhapa ; dGa' ldan lnga mchod ; 25ème jour 10ème mois lunaire)
1er décembre


- - Losar
5 mars 2011

jeudi 28 janvier 2010

Franchise ou zizanie

Un sujet de réflexion pour les longues nuits d'hiver :
Comment déterminer la frontière entre "la franchise" et "les propos de discorde".

Variante :
Comment déterminer la frontière entre "la franchise" et "les propos blessants".

(Me semble qu'un bon vieil adage conseillait de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de ... se taire.

jeudi 21 janvier 2010

Moniales bouddhistes

Selon le Dr. Hajime Nakamura, universitaire japonais respecté, "l'apparition d'un ordre de nonnes fut un développement étonnant dans l'histoire religieuse mondiale. Il n'existait, à la même époque, aucun ordre religieux pour femmes, ni en Europe, ni en Afrique du nord, ni en Asie occidentale ou orientale. Le Bouddhisme fut la première religion à en produire un."

dimanche 17 janvier 2010

Un autre entretien avec Rinpoche

Lors d'un séjour de Rinpoche à Bordeaux, le 26 avril 2006, Linda Tahlaïti est venue lui poser quelques questions (voir www.irenees.net/fr/.../fiche-entretien-49.html).

samedi 16 janvier 2010

La face cachée de l'esprit

Sur le site de l'Ina est proposée une vidéo où intervient Rinpoche.

Les premiers pas du bouddhisme en France

Sur le site de Claude Arpi (www.claudearpi.net/index.php?nav=articles&id=26), l'on peut télécharger un entretien entre Rinpoche et lui, le 28 avril 2006 :

Entretien avec le Vénérable Dagpo Rinpoché

Maladie et compassion

Voici un lien pour lire ou relire une interview de Rinpoche, intitulée "La maladie est une occasion pour générer encore plus de compassion" (sur le site www.guerir.fr)

Prières et recueillement pour Haïti

Dimanche 17 janvier, de 14 h 30 à 15 h 30

l’UBF vous invite à vous joindre à un moment de prières et de recueillement, en hommage aux victimes du terrible séisme qui a ravagé la capitale de Haïti, plongeant toute la population dans la détresse.


Si vous en avez la possibilité, l’UBF vous invite à venir vous recueillir à la Grande Pagode de Vincennes.

Vous pouvez également vous joindre à la grande chaîne de prières de chez vous ou de tout autre endroit, car la pensée ne connaît pas de frontières.

Fin de vie et dépendance

Hier après-midi, au nom de l'UBF, j'ai participé à une rencontre organisée au Palais du Luxembourg (NB il ne faut pas dire "Sénat") par l’Association Française d’Echanges et d’Initiatives (AFEI), le Conseil National pour les personnes âgées (CNPA) et le Mouvement International des Seniors

Sous la houlette de Monsieur Denis CLAIR, alerte jeune homme de 89 ans qui est le dynamique Président du Mouvement des seniors, des représentants de cinq grandes familles de pensée : judaïsme, islam, christianisme, bouddhiste et rationalisme, ainsi qu’un éminent médecin gériatre, ont exposé leur vision de la vie et de la fin de vie.

Le thème exact était "les problèmes liés à la fin de vie".
Les exposés (de 20 à 30 mn chacun) étaient diffusés sur la radio libre Vivre 93.9 fm - une radio qui embauche en priorité des handicapés, puis sur son site www.vivrefm.comIl a été souligné, à juste titre, que le sentiment d'être "désormais dépendant" inflige de grands tourments aux personnes qui ont besoin de l'aide d'un tiers pour se laver ou se nourrir, etc.

Pour moi qui essayais de parler d'interdépendance et de loi de causalité, ça ne pouvait qu'avoir un écho.
Comme quoi tout vient corroborer l'analyse du Bouddha qui montre que la racine de la souffrance est sans nul doute l'ignorance.

En effet, commencer à se dire qu'on dépend des autres le jour où on ne peut plus tenir sa tasse à thé (ce qui est indéniablement fort désagréable) révèle qu'on se berçait, et qu'on continue à se bercer d'illusions , qui sont tout sauf "douces".

A l'éclairage du Dharma, par définition, nous sommes dépendants !
De nos agrégats. De nos parents. De notre environnement. Etc., etc.

Même quand nous sommes en état de "nous suffire à nous-mêmes" au sens ordinaire, nous sommes continument tributaires d'une multitude de facteurs sur lesquels nous n'avons pas le moindre contrôle. Tant et si bien que la "dépendance" liée à la maladie ou/et à la vieillesse est sans doute une aggravation de la situation, mais pas plus.

Ce qui entraîne qu'il n'y a pas alors à se sentir gêné ou diminué.
Je ne vois vraiment pas comment la "dépendance", qui est un trait inhérent de notre mode d'existence, pourrait "altérer la dignité" de qui que ce soit.

"Oui, mais on se sent désormais inutile."
1ère réponse : La belle affaire !
2ème réponse : Faux.
On n'est peut-être plus "productif" au sens économique (et actuel) du terme, mais personne ne peut être "inutile": la définition même d'une phénomène composé est "existant qui assume une fonction". Or, tout individu est un phénomène composé, et par conséquent...

Rappelons-nous le battement de l'aile du papillon.
Songeons au nombre d'emplois directs et indirects créés.
Voyons tout simplement les choses en face : nous existons, que ça nous plaise ou non, et quel que soit l'état dans lequel nous nous trouvions momentanément.
Au mieux, nous pouvons tirer parti de l'instant présent, sachant que les activités concrètes sont en fait beaucoup moins puissantes que les activités de l'esprit. Au pire, nous subissons l'expérience du moment, laquelle ne doit rien au hasard, mais résulte de karma antérieurs.

Philosophie bouddhiste

L'Enseignement du Bouddha est riche et varié - c'est qu'il a été dispensé rien moins que 45 années durant. De plus, le Bouddha n'énonçait pas la "Vérité", au sens d'une Vérité absolue et unique à laquelle chacun serait tenu d'adhérer. Non, il exposait la voie que lui-même avait suivie, en adaptant la présentation aux capacités et aspirations des auditeurs.

Sur une base commune - la finalité est de surmonter la souffrance et d'accéder au bonheur -, le bouddhisme offre donc différentes branches.

Les "véhicules", yana en sanskrit, (grand et petit, ou encore des shravaka, pratyekabouddha et bodhisattva) se distinguent de par leur conception de la souffrance à rejeter et du bonheur à réaliser, et donc de l'objectif à atteindre et des conduites à adopter pour ce faire.

Les "systèmes philosophiques", siddhanta en skt ("qui est allé au bout de l'analyse") se démarquent par les vues professsées, notamment à propos du non soi.

Pour simplifier, il y a quatre systèmes principaux :
- Vaibhashika, établi par la Première Roue du Dharma, avec le Soutra des quatre nobles vérités ;
- Sautrantika, établi par la Première Roue du Dharma, avec le Soutra des quatre nobles vérités ;
- Cittamatra, établi par la Troisième Roue du Dharma, avec le Soutra commentant la Pensée ;
- Madhyamika, établi par la Deuxième Roue du Dharma, avec le Soutra de la Sagesse.

Le Bouddha, qui n'a d'ailleurs cessé d'enseigner la loi de causalité et l'interdépendance, a forcément tenu compte du contexte dans lequel il vivait : l'Inde d'il y a 2 500, 2 600 ans.
L'Inde dont la culture était d'ores et déjà ancienne et très raffinée.

Le Bouddha a donc repris bien des notions déjà connues et admises de ses contemporains, quitte à apporter un éclairage nouveau sur certains points, ou à introduire des nuances, ou des précisions : passage d'une naissance à l'autre ; samsara et libération ; karma bien sûr, sans oublier la logique et l'art du débat remarquablement maîtrisés.

Mais il est aussi arrivé que le Bouddha réfutât certaines vues pour en affirmer d'autres, en particulier à propos du soi (skt atman ; tib. bdag) et du non soi.

Les écoles hindouistes étaient déjà à l'époque extrêmement nombreuses.
Toujours pour simplifier, on parle de 5 ou de 6 courants principaux.

Classification en 5 :
Vaishnava, Aishvara, Jaina, Kapila (Samkhya), Barhaspatya.

Classification en 6 :Gras
Vaishesika, Naiyayika, Samkhya, Mimamsaka, Nirgrantha, Lokayata (Carvaka)
Il est dit que, parmi ces 6 écoles, les 5 admettaient un soi (atman) "éternel", tandis que le système Carvaka n'envisageait qu'une seule et unique vie : l'actuelle.

Par rapport à ces vues, le Bouddha a introduit la notion de "non soi" : absence d'un "soi" qui serait à la fois "permanent, un et indépendant", ou encore qui serait "établi de manière autonome et auto-substantielle", MAIS avec en parallèle l'affirmation d'un soi qui existe sur un mode relatif, ou encore conventionnel, c'est à dire qui existe en dépendance de ses agrégats constitutifs, etc.
Rapporté à l'individu, c'est ce soi nominal qui passe d'une vie à la suivante, qui va et vient, mange et réfléchit, etc.
Entre autres propriétés, un tel soi est impermanent : il change d'instant en instant.


Il n'empêche que certains systèmes philosophiques hindouistes sont très proches de leurs homologues bouddhistes.
C'est au point, dit-on, que quand Atisha, au Tibet, a appris la mort en Inde de Shantipa, il s'est exclamé :
"Il n'y avait que lui et moi pour savoir distinguer entre les deux. Maintenant que Shantipa est mort, il n'y a plus personne en Inde !"

mercredi 13 janvier 2010

Haïti

Que dire et faire lors de telles catastrophes ?

Par exemple,
- Unir nos prières.

- Voir sil y a moyen d'apporter une aide concrète.

- Réfléchir à la loi de causalité et aux résultats qui déterminent l'environnement.
Vaudrait mieux ne pas garder des karma susceptibles d'entraîner ce genre d'effets.

lundi 11 janvier 2010

Ratnavali par Rinpoche

Si vous n'avez pas vu l'émission "Sagesses Bouddhistes" du 27 décembre 2009, où Rinpoche commente la Précieuse Guirlande des Avis au roi, de Nagarjuna, vous pouvez combler cette lacune sur ce site

Balades au gré du vent :

http://www.dailymotion.com/video/xbngsz_la-precieuse-guirlande-des-avis-au_webcam

Milarepa

La vie de Milarepa mise en scène par Sa Sainteté Karmapa, après le Mönlam 2009 à Bodhgaya

(cliquer deux fois sur le lien ci-dessous)* :

http://picasaweb.google.com/monlam.picture/MilarepaPerformance#slideshow/5423932511797304802

* Merci à JP d'avoir envoyé ce lien

lundi 4 janvier 2010

Les dix perfections

On évoque le plus souvent les six perfections (skt : paramita, ti. : phar phyin), mais les textes font aussi état de dix paramita :
les six habituelles - générosité , éthique, patience, enthousiasme, concentration, sagesse -, auxquelles s'ajoutent l'habileté (thabs la mkhas pa) ; la force (stobs) ; les voeux (smon lam) ; la sagesse supérieure (ye shes).

Les dix terres parcourues par les bodhisattva dès l'instant où ils ont obtenu la compréhension directe de la vacuité et sont ainsi devenus des arya sont directement en rapport avec les dix perfections : chaque terre correspond à la réalisation d'une de ces qualités.

Les dix activités du Dharma

Il est question dans certains textes de "dix activités du Dharma" - chos spyod bcu.
Un dictionnaire en donne la liste suivante (il en existe sûrement d'autres) :

écrire ; faire des offrandes ; faire des dons ; écouter le Dharma (l'Enseignement) ; le retenir ; le lire ; l'exposer ; le réciter ; réfléchir à son sens ; méditer sur son sens.

samedi 2 janvier 2010

Conseil de Candragomin

Dans un Traité des plus précieux bien que très succinct - les Voeux en 20 stances -, le grand Pandit indien Candragomin dispense ce conseil :

Que ce soit pour autrui ou pour vous, ce qui serait douloureux mais bénéfique tout comme ce qui serait bénéfique et agréable, accomplissez-le, mais n'accomplissez pas ce qui, bien qu'agréable, ne serait point bénéfique.

Comprendre la vacuité

Comment en arriver à comprendre la vacuité (stong nyid) ?

Certes, dès le début, on peut discourir en parlant d'"absence d'existence réelle", "absence de nature propre", etc., mais ce n'est pas cela qui pourrait générer la sagesse comprenant la vacuité.

En fait, il faut dans un premier temps obtenir les vues relatives au non-soi grossier (bdag med rags pa), puis progressivement affiner jusqu'aux vues prasangika. De cette manière, on peut espérer parvenir au but.
En revanche, si, sans gravir l'escalier marche après marche, on veut d'un bond sauter tout en haut, cela ne peut pas donner de bons résultats.

* Extrait d'un Enseignement de Rinpoche, du 28 juin 2003

Les Lojong

Les lojong sont des enseignements du mahayana qui concourent au développement de l'amour, de la compassion et de l'esprit d'Eveil, essentiellement par la méthode dite de l'échange entre soi et autrui, qui suppose d'accorder la prééminence aux autres individus avec une totale abnégation.

Ces instructions, souvent courtes et toujours percutantes, constituent des méthodes extraordinaires mais indéniablement difficiles à pénétrer et encore plus à appliquer, tant et si bien que longtemps les maîtres kadampa du Tibet, héritiers d'Atisha, ont préféré les tenir secrètes, ne les transmettant qu'aux disciples particulièrement motivés et courageux.

Une collection des principaux lojong est accessibles en anglais sous le titre de Mind Training : The Great Collection (traduction de Thupten Jinpa.

vendredi 1 janvier 2010

Bonne Année

Voyons, que pourrais-je nous souhaiter ?

Eh bien, pour "simplifier", que les desseins des Bouddhas et bodhisattvas, et donc de nos Maîtres directs et indirects, se concrétisent au plus vite, pour le bien de tous les êtres, sans la moindre exception.