samedi 30 janvier 2016

Permanent / impermanent ("inchangeant"/"changeant")

Les notions de permanent et impermanent reviennent constamment dans les enseignements bouddhistes, car ce qui existe est soit permanent soit impermanent.

On qualifie de "permanent" tout existant qui "n'est pas de la durée de l'instant".
On qualifie d'"impermanent" tout existant qui "est de la durée de l'instant".
 (Selon les sutras, l'instant est de la durée d'un 1/64e de claquement de doigts.)

Outre le fait que ces notions ne sont pas si simples que cela, le vocabulaire adopté en français est souvent source de malentendu.

On pourrait essayer de contourner la difficulté posée par le vocabulaire en adoptant une autre technique d'approche.

Soit deux notions opposées : a) dénommée en tibétain "Takpa" རྟག་པ་  et b) "Mitakpa"  མི་རྟག་པ་  ("mi" étant une marque de négation).

Voyons maintenant à quels existants sont appliquées ces deux adjectifs, en commençant par le plus facile pour nous.

Quelques exemples de Mitakpa : 
arbre, montagne, corps, individu, mot, année, esprit, naissance, mort, etc.
Plus généralement tout phénomène composé de parties / tout phénomène né de causes et de conditions /  tout phénomène soumis à une destruction / tout phénomène capable de produire un résultat / tout phénomène capable de remplir une fonction

Quelques exemples de Takpa :
non-soi ; vacuité ; cessation de la souffrance opérée par un arhat ou un Bouddha ; le fait que vous ne soyez pas moi ; le fait que je ne sois pas vous, etc.

Point commun entre les existants "takpa" ?
Ce sont autant de notions abordées sous un angle négatif (par élimination). Il s'agit aussi d'existants qui ne sont pas différents d'un moment à un autre, qui ne naissent pas de causes et de conditions, qui ne remplissent pas de fonctions, etc.

Revenons aux phénomènes mitakpa.
Les phénomènes composés sont des phénomènes "instantanés",  au sens qu'ils apparaissent et disparaissent à chaque instant. Ils naissent de causes et de conditions (antérieures à eux), et ils sont causes des phénomènes qui leur succèdent.

Or, la capacité de perception d'un être humain est relativement sophistiquée, mais pas au point de percevoir isolément un phénomène instantané.
Ce que nous percevons, ce sont donc des continuums de phénomènes, cad des ensembles de x instants de phénomènes causes et résultats de même genre, mais pas strictement identiques.
Par exemple, au fil des instants, un corps matériel vieillit.

Venons-en à l'esprit, ou plus globalement, au continuum mental (également appelé courant de conscience).
Par définition, un continuum mental est un ensemble composé de parties. Ce trait suffit pour le mettre dans la catégorie Mitakpa, mais poursuivons l'examen.
Un continuum mental est-il ou non capable d'accomplir une fonction ? Si oui, ce trait également entraîne qu'il relève des phénomènes Mitakpa. Or, il perçoit des objets, cad qu'il les reflètent et les appréhendent. Les bouddhistes disent même que c'est lui qui passe d'une vie à une autre, en véhiculant les empreintes engrangées au fil du temps. Un continuum mental est donc classifié comme Mitakpa.


Amour filial universel

Voyez tous les êtres vivants comme vos père et mère, et aimez-les comme si vous étiez leur fils.

Atisha

L'instruction des filles en France et en bouddhisme

Certains sujets suscitent des questions récurrentes.
Ainsi, à propos du bouddhisme, est-il systématiquement demandé en France (et je suppose dans les autres pays occidentaux) s'il est ou non une religion.

La position de la femme est également très souvent abordée, les religions étant réputées hostiles aux femmes - ce qui, à mon avis de féministe patentée, n'est en tout cas pas le cas de l'Enseignement du Bouddha en tant que tel.

Question pour question, qu'en est-il donc de la position des femmes dans notre beau pays de France ?

La France étant un état laïque depuis un bon bout de temps, en toute logique, l'égalité hommes/femmes doit y être réalisée depuis presque aussi longtemps que la loi de séparation des pouvoirs.     Non ? Etrange...
 
Il me souvient que ma mère, née en 1913 (époque à laquelle où les femmes "bien" ne sortaient pas en cheveux) et bachelière à 18 ans, nous racontait que dans son jeune temps, passer le baccalauréat était gratuit pour les garçons, et payant pour les filles.   Etrange...

Hier, en faisant du rangement chez moi, j'ai retrouvé le livre autobiographique de Danielle Décuré publié en1983 : Vous avez vu le pilote ? C'est une femme !
Madame Décuré, née en 1942, qui est la première des (très rares) femmes pilotes françaises de notre compagnie nationale Air France, relate que l'Ecole nationale de l'aviation civile - comme toutes les autres grandes écoles - était encore naguère réservée aux étudiants masculins.
De fait, quand autrefois l'idée me traversa de faire l'école des eaux et forêts, c'était comme qui dirait difficilement réalisable...

Pour plus de renseignements sur la question de l'instruction publique des jeunes filles, voici un lien vers un article qui ne manque pas d'intérêt :  Lycée de jeunes filles — Wikipédia

Bon, finalement, le Bouddha reste très en avance sur notre temps, lui qui instruisit des disciples femmes et leur permit d'atteindre l'Eveil.
- Oui, mais le Bouddha n'a pas tout de suite accepté les femmes dans sa communauté.
- Exact, il n'a accepté qu'au bout de ... trois ans  - délai infiniment plus court que celui qu'ont dû attendre les femmes pour avoir accès au baccalauréat et aux études supérieures dans notre pays laïque - où la situation était indéniablement meilleure que dans pas mal d'autres pays.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Annexe 

Aperçu de l'évolution du droit des femmes en France 

1791 : Olympe de Gouges rédige la « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne »
1792 : La loi permet le divorce par consentement mutuel
(1804 : Le Code civil napoléonien efface les quelques dispositions prises en 1792 sur le droit au divorce et restaure l'incapacité civile des femmes mariées)
1850 : Création obligatoire d’écoles de filles dans les communes de 800 habitants (loi Falloux)
1881 : Enseignement primaire obligatoire pour les filles comme pour les garçons.
1886  : Rétablissement du droit au divorce.
1903 : Marie Curie reçoit le prix Nobel de physique
1907 : Les femmes mariées peuvent percevoir leur salaire.
1924 : Uniformisation des programmes scolaires masculins et féminins et création d’un baccalauréat unique
1938 : La réforme du Code civil de 1804 supprime l'incapacité civile de la femme mariée.
1944 : Droit de vote et d’éligibilité pour les femmes.
1946 : - Le principe de l'égalité absolue entre hommes et femmes est inscrit dans la Constitution de la IVe République.
- Suppression de la notion de « salaire féminin »
1965 :  Le mari n'est plus le « chef de famille ». La femme peut exercer une profession et ouvrir un compte bancaire sans l'autorisation du mari.
1968 : Généralisation de la mixité dans l'enseignement.
1970 : La notion d'« autorité parentale » est substituée à celle d'« autorité paternelle » du Code civil.
1972 : - Reconnaissance du principe « à travail égal, salaire égal ».
           - L’école polytechnique devient mixte : 8 femmes sont reçues
1975 : Réintroduction dans la loi du divorce par consentement mutuel
1976 : La mixité devient obligatoire pour tous les établissements scolaires publics
1980 : Le viol est qualifié de crime par la loi.
1983 : Loi Roudy pose le principe de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes
1984 : Le congé parental est ouvert à chacun des parents
1985 : La loi du 23 décembre 1985 accorde aux époux la gestion commune de la communauté en régime légal et supprime toute référence au mari ou à la femme pour bien marquer l’égalité entre les époux.
1993 : La loi du 8 janvier affirme le principe de l'exercice conjoint de l'autorité parentale à l'égard de tous les enfants, quelle que soit la situation des parents (mariés, concubins, divorcés, séparés).
2000 : Mise en œuvre d’une politique globale d’égalité des chances dans le système éducatif
2000 : Promulgation de la première loi sur la parité politique (en 2002, 12,3 % de femmes à l'Assemblée nationale).
2002 :  Reconnaissance de l’autorité parentale conjointe + garde alternée + coparentalité
2006 :  - Vote à l'unanimité d'une loi qui porte l'âge légal du mariage des femmes à 18 ans (au lieu de 15 ans) afin de lutter contre les mariages forcés.
           - Loi relative à l'égalité salariale entre les femmes et les hommes.   
NB - Les salaires des femmes sont encore inférieurs de 27 % à ceux des hommes. (Données DARES)
       - En droit direct, les femmes touchent 825 € en moyenne contre 1 426 € pour les hommes, soit 50 % des retraites des hommes
2008 : Inscription dans la Constitution de « l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales ».
2014 : Vote de la Loi n°2014-873 du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes

jeudi 28 janvier 2016

Ni début ni fin...

Pour plus de clarté, je vais répondre dans un nouvel article à cette question :

Mon esprit patine à concevoir que le continuum mental n'a ni début ni fin.
Et ce, d'autant que la loi de causalité incite à conclure qu'à toute cause, un effet.
Alors, pourquoi n'y aurait-il pas une toute première cause au continuum mental ?
Cette notion de continuum mental sans commencement ni fin est assez vertigineuse en soi !



Piste de réflexion 

Oui, c'est indéniablement vertigineux...

Une cause a la capacité d'entraîner un ou plusieurs fruits.
Mais elle ne le fait pas nécessairement :
- une cause ne donne rien tant qu'elle est isolée ;
- dans certains cas, elle peut être détruite ou neutralisée avant d'avoir de générer un ou des résultats (c'est d'ailleurs là le but des pratiques de purification : neutraliser et même anéantir les empreintes négatives avant qu'elles ne fructifient).

En revanche, tout effet (phénomène composé) naît obligatoirement de causes et de conditions, par définition antérieures à lui - selon l'analyse bouddhiste, en tout cas.
Un phénomène ne peut pas apparaître de "rien". Quelque chose qui apparaîtrait de rien serait auto-produit (autogène), et il ne pourrait rien produire.

C'est pour cette raison qu'il est dit que notre continuum mental existe depuis des temps sans commencement : nous savons qu'il existe car nous l'utilisons ; il faut donc qu'il vienne de quelque part.


Le continuum mental est dit être "sans fin" parce que l'observation montre qu'il se perpétue indéfiniment - en se modifiant bien sûr.   Comme tout phénomène composé, un continuum (mental ou autre) change d'instant en instant.


En fonction de ce que fait ou non l'être concerné, son esprit s'améliore ou régresse, mais ultimement il finit par progresser au point d'atteindre l'éveil de Bouddha, qui correspond à l'élimination de tous les défauts et imperfections (qui ne sont pas des traits inhérents à l'esprit, mais des voiles accidentels) et au plein épanouissement de toutes les facultés et qualités.
Qu'est-ce qui le démontre ? L'expérience, paraît-il. :-)

Lalitavistarasutra

Plusieurs versions en français dont :
Le Lalitavistara : l'histoire traditionnelle de la vie de bouddha Cakyamuni  
traduit du sanskrit par P.E. de Foucaux
Editions Les Deux Océans

Lalitâvistara : Vie et doctrine du Bouddha
traduit du tibétains par Guy Rachet 
Editions Sand

Plusieurs versions en anglais dont celle-ci qui est téléchargeable
PDF]The Noble Great Vehicle Sūtra “The Play in Full” - 84000 ...
read.84000.co/browser/released/UT22084/046/UT22084-046-001.pdf


Commentaires volatilisés

Avis aux lecteurs : suite à un bug malencontreux, quelques commentaires récents semblent avoir disparu...

mardi 26 janvier 2016

Sharawa et le Vinaya

Selon le grand maître kadampa Sharawa (1070-1141),

       De manière générale, quoi qu'il arrive de bon ou de mauvais, il faut s'appuyer sur le Dharma. Et si, à l'intérieur du Dharma, on se fonde sur ce qui ressort du vinaya, on n'a besoin de rien ajouter, car cela est foncièrement pur, irréfragable, réjouissant et entièrement bénéfique.

lundi 25 janvier 2016

SS le Dalaï Lama aux USA

106.9 fm - 19 jan
 
Dalai Lama heads to US for prostate treatment
http://dailyworld.in/dalai-lama-heads-to-us-for-prostate-t…/

Vies et morts

Les trois mondes sont impermanents, tels les nuages d’automne.
Les naissances et les morts des êtres sont telles des comédies regardées.
   La vie des êtres passe tel un éclair dans le ciel ;
   Tel un torrent de montagne, elle s’écoule vite, si vite. 
(Extrait du  Lalitavistarasutra)

dimanche 24 janvier 2016

Aller à l'essentiel

Les conditions de mort sont nombreuses ;
   Celles qui maintiennent en vie sont rares,
   Et elles aussi peuvent entraîner la mort.
                Par conséquent, pratiquez le Dharma constamment ! 
           (Nagarjuna,  Ratnavali)

samedi 23 janvier 2016

Chant des quatre abandons - Milarepa

O excellente Peldarboum !
Vous qui êtes riche de foi, écoutez
La route sera plus longue dans la vie future,
Avez-vous entamé les apprêts du voyage ?
Si vous n'avez pas commencé les provisions,
Je vous prie de donner, avec générosité
L'adversaire joue le rôle d'un dogue nommé avarice.
On l'attache à son profit mais il apporte le mal.
Connaissiez-vous l'ennemi avarice ?
Si oui, laissez-le tomber !

O excellente Peldarboum
Les ténèbres seront plus noires dans la vie future,
Avez-vous entamé les préparatifs d'éclairage ?
Si vous n'avez pas prévu de lampe,
Je vous prie de méditer car là est la lumière.
L'adversaire est ce sommeil des morts que l’on nomme ignorance.
On l'utilise à son profit mais il apporte le mal.
Connaissiez-vous l'ignorance ennemie ?
Si oui, débarrassez-vous-en !

O excellente Peldarboum !
La frayeur sera plus grande dans la vie future.
Avez-vous entamé l’appareil d'une escorte ?
Si vous n'avez pas organisé de convoi,
Je vous prie d'agir selon la Doctrine divine.
L'adversaire qui pose les objections a pour nom famille.
Il s'attache à être utile mais apporte le mal.
Connaissiez-vous l'ennemi famille ?
Si oui, abandonnez-le !

O excellente Peldarboum !
Le chemin sera étroit et hasardeux dans la vie future.
Avez-vous commencé d'épargner pour une monture ?
Si vous n'avez pas prévu de coursier,
Je vous prie de montrer hardiesse et énergie.
L'adversaire est cet imposteur que l'on nomme paresse.
On l'attache à son profit mais il apporte le mal.
Connaissiez-vous l'ennemi indolence ?
Si oui, bannissez-le ! 

Extrait  des Cent Mille Chants de Milarépa
Traduit du tibétain par Marie-José Lamothe
Editions Fayard

Vide de nature en soi

Dans le Samadhiraja-sutra (le Soutra de la reine des concentrations), le Bouddha énonce :


Tel un mirage ou une ville de lémures [gandharvas],
Comme une illusion, à l'image d'un rêve,
Ce que nous concevons comme caractéristique est vide par nature.
Tous les phénomènes sont ainsi, comprenez-le.

mercredi 20 janvier 2016

« Himalaya, la plus haute chaîne de montagne au monde »

« Himalaya, la plus haute chaîne de montagne au monde », par Philippe Gougler

vendredi 22 janvier à 20h55 sur France 3

Numéro inédit de Faut pas rêver : spécial Himalaya.



mardi 19 janvier 2016

Conférences sur le Tibet et le Bhoutan

Conférences à l'Inalco  
65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris



- jeudi 21 janvier à 17h-18h30 : Mélodie Bonnat "Projet de conservation- restauration des peintures murales du Tsuglakhang, temple bouddhiste de Kungri (Vallée des nuages, Spiti, Himachal Pradesh, Inde)" (voir pj)

- vendredi 29 janvier à 17h-20h : Giacomella Orofino (Université L'Orientale, Naples) "Eros and Thanatos in Tibetan Buddhist Esoterism" (voir pj), suivi de Karma Lhamo (Bureau de la Culture, Yulshul), "Les conteurs de l'épopée de Gesar de Ling, qui sont-ils aujourd'hui ?
Conférence à la SEECHAC (Musée Cernuschi) 
7 Avenue Velasquez, 75008 Paris 

- mardi 26 janvier à 18h s: F. Pommaret (CNRS) "Bhoutan, l'histoire vue au prisme de l'iconographie" (http://seechac.org/activites/bhoutan-lhistoire-vue-au-prisme-de-liconographie/)


L'esprit, les consciences et les facteurs mentaux


Dans l'Abhidharmasamuccaya, Asanga décrit l'esprit comme un phénomène impermanent clair et perceptif, composé de six consciences et de 51 facteurs mentaux, répartis en cinq groupes : omniprésents, déterminants, vertueux, perturbateurs, changeants.

"Photographie" de l'esprit à un moment T 
    à l'état manifeste : de une à six consciences (une seule par genre) + x facteurs mentaux 
+  en veilleuse : les autres consciences et facteurs mentaux

 A noter
* Toute conscience en activité est obligatoirement accompagnée au strict minimum des cinq facteurs omniprésents (dont la volition = karma), plus éventuellement d'autres facteurs mentaux compatibles entre eux. 

Autrement dit, la perception la plus simple, qui est neutre, fait appel à six composantes mentales : une conscience + cinq facteurs omniprésents.

A l'état de veille, nous avons couramment plusieurs perceptions simultanées. Par exemple, nous regardons le jardin tout en écoutant de la musique et en pensant à notre programme de la journée : trois consciences sont alors actives, et chacune d'elle est accompagnée au minimum des cinq facteurs omniprésents. Sont alors manifestes en notre esprit dix-huit composantes mentales, toutes neutres.

* Quand se manifestent en outre un ou des facteurs vertueux, toutes les composantes prennent la même connotation vertueuse.
Quand se manifestent un ou plusieurs facteurs perturbateurs non vertueux (un facteur perturbateur tel que l'ignorance pouvant être neutre), toutes les composantes prennent la même connotation non vertueuse.

* Des facteurs mentaux de natures opposées ne peuvent en aucun cas se manifester simultanément aux côtés d'une même conscience. Une perception est soit neutre, soit vertueuse, soit non vertueuse, mais elle ne peut pas être mélangée.

* Aux côtés d'une même conscience, ne peut apparaître qu'un seul facteur mental par genre : une sensation mais pas plus, etc.


A - Les six consciences

a) La conscience visuelle

b) La conscience auditive

c) La conscience olfactive

e) La conscience gustative

f) La conscience tactile

g) La conscience mentale

B - Les facteurs mentaux



1 - Les cinq facteurs mentaux omniprésents

1° La sensation,

2° L'identification

3° La volition (karma)

4° L’attention

5° Le contact



2 - Les cinq facteurs mentaux déterminants

1° L’aspiration / la volonté

2° La détermination

3° La mémoire

4° La concentration

5° La sagesse



3 - Les onze facteurs mentaux vertueux

1° La foi

2° Le respect de soi

3° Le respect d'autrui

4° L’absence d'attachement

5° L’absence d'irritation

6° L’absence d'ignorance

7° L’enthousiasme

8° La maniabilité

9° La vigilance

10° L’équanimité

11° L’absence de méchanceté



4 - Les facteurs perturbateurs (klesha)

Les 6 facteurs perturbateurs de base

1° L’attachement

2° L’irritation

3° L’orgueil

4° L’ignorance

5° Le doute

6° Les vues erronées



Les 20 facteurs perturbateurs secondaires

1° La colère

2° La rancune

La dissimulation

4° L'animosité

5° La jalousie

6° L’avarice

L'hypocrisie

8° La dissimulation, la fausseté

9° La suffisance

10° La méchanceté

11° Le manque de respect de soi

12° Le manque de respect d'autrui

13° La torpeur

14° L’excitation, la dispersion

15° La non-foi

16° La paresse

17° Le laisser-aller

18° L’oubli, la mémoire incorrecte

19° la fausse sagesse

20° La distraction



5 - Les quatre facteurs mentaux changeants

1° Le sommeil

2° Le regret
3° L'analyse
4° L'investigation