mardi 31 juillet 2018

Dix excellentes activités

Dans certains textes tels que la dédicace du Lamrim, il est fait référence à dix "excellentes activités" (chos spyod bcu) :

yi ge 'bri ba / écrire (sous-entendu copier des soutras ou autres textes sacrés)
mchod pa 'bul ba / faire des offrandes
sbyin pa gtong ba / faire des dons
chos nyan pa / écouter des Enseignements
'dzin pa / mémoriser
klog pa / lire (à haute voix des textes sacrés)
'chad pa / exposer (l'Enseignement à autrui)
kha ton du byed pa / réciter (des textes sacrés)
chos kyi don sems pa / réfléchir au sens de l'Enseignement
chos kyi don sgom pa / méditer le sens de l'Enseignement

dimanche 29 juillet 2018

Méditation - par quoi commencer ?


Si on désire pratiquer le Dharma et si en particulier on veut s'adonner à la méditation, il n'est pas utile de s'inquiéter en se demandant quelle méditation faire et comment arriver à méditer. C'est en fait très facile. Il suffit de s'installer et d'observer ses propres pensées, les paroles que l'on a tendance à prononcer, les conduites physiques que l'on adopte, et si on s'aperçoit que telles ou telles conduites sont mauvaises, il faut s'efforcer de les stopper. Ce serait la première forme de méditation qu'il conviendrait de faire.
En faisant régulièrement ce genre d'examen introspectif, en observant ce que l'on pense, ce que l'on fait, ce que l'on dit, on arrive à mieux cerner son propre caractère et on pourra plus facilement le modifier et l'améliorer. Si on parvient ainsi à apporter une amélioration dans toutes ses conduites, mentales, orales ou physiques, on pourrait alors se targuer d'avoir usé d'une bonne méditation.
De toute façon, pour pouvoir bien méditer, il faut d'abord une éthique pure, car si on n'a pas une éthique pure, notre esprit est toujours agité par des pensées mauvaises. Ce n'est que sur la base d'une bonne éthique que l'on peut obtenir la concentration.
L'éthique, la concentration et la sagesse ont des relations d'interdépendance. À partir de l'éthique, on peut obtenir une meilleure concentration ; à partir de la concentration, on peut plus facilement développer la sagesse.

Extrait d'un enseignement de Gen Tati sur les 10 non vertus (1982)

"Pratiquer le Dharma", ça veut dire quoi ?


On parle souvent de pratiquer le Dharma. Pratiquer le Dharma ou pas, agir de manière vertueuse ou non, cela désigne en fait les comportements que l'on adopte, sachant qu'on peut avoir des conduites par les trois portes : corps, parole et esprit. Donc, pratiquer le Dharma revient à modifier les habitudes que l'on avait jusqu'alors. Pratiquer le Dharma signifie que désormais on s'efforce d'améliorer sa conduite, que ce soit sur le plan du corps, de la parole ou de l'esprit, en éliminant toutes les mauvaises conduites que l'on avait pu avoir précédemment.
À quoi sert de pratiquer le Dharma ?
Il faut d'abord observer la situation des êtres dans l'Univers. Laissons de côté pour le moment les créatures des enfers ou les pretas puisque nous ne pouvons pas les voir. Il nous suffira d'observer la situation des animaux qui est beaucoup plus claire à nos yeux et également celle des humains. Il est évident que les animaux sont dans une situation bien pire que celle des humains. Parmi les humains même, il y a plusieurs catégories. Certains souffrent plus que d'autres. Si on pratique le Dharma, c'est dans le but d'obtenir par la suite des renaissances dans les catégories des êtres plutôt favorisés. Inversement, si on désire obtenir des renaissances humaines et parmi les êtres humains, avoir une renaissance dotée des libertés et des attributs, il est indispensable de pratiquer le Dharma, c'est-à-dire le bien.
Ce qui permet principalement d'avoir une bonne renaissance, c'est l'observance de l'éthique. Qu'est-ce que l'éthique ? Essentiellement elle suppose d'éliminer les dix mauvaises conduites que sont les dix non vertus et de s'efforcer d'accomplir le contraire, les dix vertus.

Extrait d'un enseignement de Gen Tati sur les 10 non vertus (1982)