samedi 28 novembre 2015

Le bouddhisme en Russie

Selon des chiffres de l'EBU datant de 2012, les pays d'Europe où il y aurait le plus de bouddhistes seraient
1 : la France - 800.000 (dont les 3/4 d'origine asiatique, issus principalement d'Asie du Sud-Est, ex-Indochine...)
2 : la Russie - 700.000 (issus principalement de Mongolie)

Viennent ensuite
3 : l'Allemagne - 270.000
4 : la Grande-Bretagne - 251.000
5 : Pays-Bas - 170.000
6 : l'Italie - 110.000


La Volga est un fleuve bouddhiste
Le Courrier de Russie

Temple bouddhiste de Saint-Pétersbourg

Agvan Dorjiev, Ngawang Dorjé, érudit bouriate proche des tuteurs du 13e Dalaï Lama  

Par-delà le bien et le mal

Il me semble que le vocabulaire bouddhiste ne comporte pas d'équivalents pour rendre les notions occidentales de "bien" et de "mal".

L'Enseignement du Bouddha fait référence à ce qui serait "vertueux" ou "non vertueux, à ce qui serait "bénéfique" ou au contraire "nuisible". Mais il ne fait pas allusion à ce qui serait "bien" ou "mal" de manière catégorique, encore moins de manière absolue.

Est "bon" / "vertueux" / "blanc" / "bénéfique" / "positif", tout phénomène susceptible de susciter un résultat "bon"/ "bénéfique"/ "positif"/ "agréable".

Au sein des phénomènes "vertueux", certains le sont "directement", par nature : facteurs mentaux comme l'amour, la compassion, etc.
D'autres le sont "indirectement"
* sous l'influence de la motivation que les préside,
* ou de la dédicace,
* ou encore de leur objet (les Trois Joyaux, par exemple)
* ou de leur environnement : c'est le cas de la conscience ou des autres facteurs mentaux concomitants  avec un facteur mental vertueux tels que que l'amour ou autres, ou encore
Il en va de même pour les phénomènes non vertueux.

En fait, la plupart des phénomènes sont neutres, et en tant que tels, ils sont causes d'effets neutres.
C'est mieux que des résultats mauvais (désagréables), mais nous pouvons faire mieux.
Pour nous préparer des résultats bons (agréables), il faut et il suffit que nous jouions sur les pistons évoqués ci-dessus : motivation, dédicace, développement de facteurs mentaux vertueux, etc.

Agir ainsi n'est pas "bien en soi", mais c'est sûrement "bon" à faire, car utile, ou encore bénéfique, au sens de "source de bonheur" - pour soi et autrui.

Le bonheur vient de l'intérieur

Le bonheur vient de l'intérieur, disent les bouddhistes.

D'autres s'en rendent également compte - bienheureusement.


Vidéo postée le 25 novembre 2015 par Jeremy Demay
Coauteur: Alexandre Douville

jeudi 26 novembre 2015

Conférence Internationale sur la Médecine Tibétaine le 24 mars 2016


L'Institut de Médecine et d'Astrologie Tibétaine organise une Conférence Internationale sur la Médecine Tibétaine à l'occasion de son centenaire en 2016. 
 
Cette conférence aura lieu le 24 mars 2016 à Dharamsala, lieu de résidence de Sa Sainteté le Dalaï Lama. Lors de cette conférence "Libérer la vérité de la médecine tibétaine", seront abordés les thèmes suivants : 
les tentatives visant à explorer et à mettre en évidence les divers travaux de recherche et de textes effectués sur la médecine tibétaine tels que concept philosophique, études cliniques, pharmaceutiques, matériel médical, médicaments tibétains, etc.
 
 La conférence vise à réunir des experts, universitaires et praticiens afin de partager et d'acquérir la richesse infinie des connaissances sur la médecine tibétaine ; un grand nombre de participants (présentateur / public) est fortement souhaité. En pièces jointes, l’annonce de la Conférence : Appel à communications et formulaire d'inscription à l’audience. Vous pouvez également visiter notre site officiel : men-tsee-khang.org ou naviguer sur le Web http://men-tsee-khang.org/centenary/invitation/index.htm où vous trouverez des informations sur la conférence. 
 
Merci de diffuser ce communiqué aussi largement que possible.
 
Vous pouvez contacter le Bureau du Tibet pour plus amples informations ou des questions relatives à la conférence.


Bureau du Tibet84 Boulevard, Adolphe Pinard
75014 PARIS


Men-Tsee-Khang is organizing the International Conference on Tibetan medicine to mark its CENTENARY in 2016.  
The conference will be held in Dharamsala, the pristine seat of His Holiness the Dalai Lama on 24thMarch, 2016. The theme of the conference, Unlocking the truth of Tibetan Medicine attempts to explore and highlight the various research and paper works done on Tibetan medicine such as philosophical concept, clinical studies, pharmaceutical, materia medica, Tibetan medicinal products, et cetera.

As this Conference is dedicated to bring together experts, academics and practitioners to share as well as to acquire boundless wealth of Knowledge on Tibetan medicine, a large number of participants (presenter/audience) is strongly encouraged. Attached is the Conference Announcements: Call for papers and audience Registration form.  You may also visit our official Website: men-tsee-khang.org or navigate the webpage http://men-tsee-khang.org/centenary/invitation/index.htm for information about the conference. Sir, I sincerely request you to help us by circulating this announcement as widely as possible.

Please contact us freely if you need any further information or have queries about the conference.

with  my kindest regards,
 
Dr. Rigzin Sangmo,
Head, Research & Development Department
Men-Tsee-Khang, Dharamsala

mercredi 25 novembre 2015

Crèche - pas de trêve de Noël en France

Et c'est reparti pour de stériles polémiques à propos des crèches que d'aucuns veulent faire disparaître du paysage public. A croire que certains n'ont vraiment aucun autre sujet d'inquiétude ces temps-ci.

Exit le message de paix.
Exit le réconfort de la fête et du partage.
Exit les nombreux symboles et messages de Noël.

Il est vrai que l'accueil des réfugiés n'a pas le vent en poupe ces jours-ci...






Danger de l'indifférence

“Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons.”
Martin Luther King

Traduire, c'est trahir

Pour rebondir sur la boutade "traduire, c'est trahir", je crains en effet que toute traduction ne soit quelque peu infidèle.

Outre le fait que, d'une langue à une autre, les champs sémantiques des soi-disant équivalents ne coïncident sans doute pas exactement, les mots n'ont pas non plus exactement la même portée, ni la même signification, d'un locuteur à un autre.

Tantôt nous croyons parler de la même chose, alors qu'en fait nous ne donnons pas le même sens aux mots utilisés ; tantôt nous défendons notre point de vue âprement sans nous rendre compte que nos interlocuteurs disent la même chose, mais de façon différente - j'ai souvent observé ce phénomène en réunion ; c'est à la fois drôle, et navrant.

Que faire ?
On pourrait, par exemple, prendre le temps d'écouter vraiment l'autre, avec attention, et avec respect. Cela pourrait sans doute favoriser une meilleure compréhension mutuelle. :-)



dimanche 22 novembre 2015

Pousse-au-crime

Requête instante à l'adresse des journalistes

S'il vous plaît, arrêtez de nous expliquer en détail où et comment se procurer armes et explosif à bas prix.
Certes, cela n'apprend rien aux pros (terroristes ou autres criminels), mais cela peut donner des idées à des personnes un peu fragiles et déséquilibrées, et leur faciliter la tâche.
Informer, oui. Avec discernement.
S'il vous plaît...

Remue-méninges

Les attentats se multiplient dans le monde, dont la France (mais pas uniquement la France).

Un côté réconfortant est que certains font l'effort de ne pas juste céder à la haine, et s'engagent dans des réflexions fécondes.

Voici quelques exemples :

Vidéo postée le 20 novembre 2015 par Vincent Videography


Lettre à ma génération, postée le 20 novembre 2015 par Sarah Roubato
Mon amie M. H., que je remercie, m'a signalé une très intéressante intervention d'un linguiste - Jean Pruvost  - sur France Info le 22 novembre.
Voici le résumé qu'elle m'a envoyé :
Il disait qu'il faut arrêter d'utiliser des mots qui donnent de l'importance ou une certaine reconnaissance de noblesse aux gestes barbares, car cela les fait briller aux yeux des jeunes en quête d'identité.

- Arrêter d'utiliser le mot "kamikaze" -  plutôt dire: "meurtriers suicidaires".

- Arrêter d'employer le terme "cerveau des attentats" vu que leur cerveau est malade même si ils sont capables de l'utiliser à des fins meurtrières - plutôt dire : "organisateur".

- Arrêter de les appeler avec des grade  comme "commandant", mais plutôt les nommer pour ce qu'ils sont : des chefs d'organisations terroristes - les appeler "chefs" en raccourci, pour "chefs de bandes organisées".

- Arrêter de dire "guerre".  "Guerre" signifie que  l'on est en guerre contre un peuple, une nation reconnue comme telle - plutôt dire "lutte contre le terroriste organisé", car guerre contre l'état islamique revient à les reconnaître en tant qu'état, ce qui les valorisent.
L'idée de ce linguiste est que, plus on leur attribue de termes valorisants, plus ils se sentent forts.
Par conséquence, une première résistance à mettre en place, ce serait la résistance linguistique, en faisant l'effort d'utiliser des termes exacts à propos de criminels organisés à l'esprit détraqué et suicidaires, ni plus ni moins.

samedi 21 novembre 2015

Les différences sont fécondes

Il n'est nul besoin d'être d'accord pour dialoguer, bien au contraire. De quoi discuter sinon ?

"La pensée unique", sans doute d'ailleurs impossible, serait stérile.

Les êtres sont divers. Leurs perceptions le sont également. Rien de plus naturel.
Chacun a un angle de vision, déterminé par diverses facteurs, dont le positionnement - géographique, culturel, intellectuel, idéologique, etc.
Autrement dit, chacun ne voit qu'une facette de l'objet.
D'où l'intérêt d'écouter les autres : chacun d'eux a obligatoirement un autre point de vue, au sens propre comme au sens figuré, et chaque point de vue est complémentaire, et non antagoniste, avec les autres. Aucun n'est "vrai" à 100 %. Ni faux à 100 %. Pourquoi ? Parce que personne n'a un champ de vision total.

Refuser d'entendre les autres entraîne de se priver de leurs éclairages, et donc de rester dans la pénombre.

mardi 17 novembre 2015

Quelques paroles de Nelson Mandela

« Je savais parfaitement que l'oppresseur doit être libéré tout comme l'opprimé. Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de sa haine, il est enfermé derrière les barreaux de ses préjugés (...) Quand j'ai franchi les portes de la prison, telle était ma mission: libérer à la fois l'opprimé et l'oppresseur. »
  
« Le pardon libère l'âme, il fait disparaître la peur. 
C'est pourquoi le pardon est une arme si puissante. »

« La politique peut être renforcée par la musique, mais la musique a une puissance qui défie la politique. »

« En fin de compte, la réconciliation est un processus spirituel qui requiert autre chose qu’un simple cadre légal. Il faut qu’elle ait lieu dans le cœur et dans l’esprit des individus. »

 
« La paix n’est pas seulement l’absence de conflit ; la paix consiste à créer un environnement où les hommes peuvent s’épanouir, sans distinction de race, de couleur, de croyance, de religion, de sexe, de caste ou de tout autre marqueur de différence sociale. »
«  Il n’y a pas meilleure arme que la paix pour le développement. »

« Je travaille aujourd’hui avec les gens qui m’ont jeté en prison, qui ont persécuté ma femme, chassé mes enfants d’une école à l’autre… Et je fais partie de ceux qui disent : "Oublions le passé, et pensons au présent". »

« Chez les gens qui se sont retrouvés en prison, alors qu’ils essayaient de transformer la société, le pardon est naturel. Ils n’ont pas de temps à perdre à se venger. »
 

lundi 16 novembre 2015

L'amour, remède à la haine

Si la haine répond à la haine, comment la haine pourrait-elle prendre fin ? 

Le Bouddha, qui enseigna avant tout par l'exemple, vainquit les hordes démoniaques de Mara, en méditant l'amour, fondé bien sûr sur la sagesse.

Certes pas facile, mais seul moyen envisageable : depuis la nuit des temps, nous ne cessons de nous massacrer mutuellement, en permutant les rôles d'agresseurs et d'agressés, et de toute évidence, ça ne marche pas !!!

Cérémonie inter-religieuse pour la Paix

Le 6 mai 2012, les communautés de diverses religions recueillies ensemble pour un moment de chant et de partage à l’occasion de la Fête du Bouddhisme et du Vesak organisés par l’Union Bouddhiste de France à la Grande Pagode du bois de Vincennes.


vendredi 13 novembre 2015

Rélexion et analyse

Moines et érudits ! De même que l’or est brûlé, coupé et poli, adoptez mes paroles seulement après les avoir bien examinées, et non pas seulement par respect pour moi. 
(Bouddha ; Jnânasârasamuccaya) 

lundi 9 novembre 2015

Les 12 grands actes du Bouddha

 La vie du Bouddha Shakyamouni est traditionnellement condensée en ces 12 actes principaux :

- La descente du ciel de Tushita (Ganden)
- L'entrée dans la matrice de sa mère
- La naissance
- La manifestation de ses qualités dans les arts et métiers
- La vie au palais avec ses épouses
- L'entrée en vie religieuse
- Les ascèses
- La méditation sous l'arbre de la bodhi
- La victoire sur les démons
- L'obtention de l'Eveil suprême de Bouddha
- La mise en branle de la roue de l'Enseignement
- Le passage en parinirvana

samedi 7 novembre 2015

Sutra de la bonté bienveillante - Karaniya Metta Sutra

Voici ce que doit faire celui dont les buts sont avisés
Qui veut arriver à l'état de paix:
Etre capable, droit, et direct,
Facile à instruire, aimable et sans prétention,
Content et facile à vivre,
Ayant peu de charges, vivant de peu,
Aux facultés pacifiques, et plein de maîtrise [de soi],
modeste, et sans envie d'avoir des partisans.
Ne faites pas la moindre chose
que plus tard les sages pussent censurer.
Dites-vous: Heureux, tranquilles,
Puissent tous les êtres être heureux dans leur coeur
Quels que soient ces êtres,
    faibles ou forts, sans exception,
    longs, larges,
    moyens, courts,
    subtils, grossiers,
    visibles et invisibles,
    proches et éloignés,
    nés et en recherche de naissance:
Puissent tous les êtres être heureux dans leur coeur.
Que personne ne trompe personne
Ou ne méprise quiconque, nulle part,
Ou que par colère ou irritation
Personne ne souhaite de souffrir à personne.
Comme une mère risquerait sa vie
Pour protéger son enfant, son seul enfant,
De même doit-on cultiver un coeur sans limite
Par rapport à tous les êtres.
Avec bonne volonté pour le cosmos entier,
Cultivez un coeur sans limites:
Au-dessus, en dessous, et tout autour,
sans obstacle, sans hostilité ni haine.
Que ce soit debout, en marchant,
Assis ou couché,
    aussi longtemps qu'on est alertes,
On doit être résolu dans son attention.
C'est ce qu'on appelle les demeures sublimes
Ici et maintenant.
Non pas prisonnier de ses conceptions,
Mais vertueux et accompli en vision,
Ayant dompté le désir des plaisirs sensuels,
    jamais plus
    on ne reposera dans la matrice.

D'après la traduction du Pali à l'Anglais par Thanissaro Bhikkhu.
Pour libre distribution. Cet ouvrage peut être republié, reformaté, réimprimé et redistribué par n'importe quel média. L'auteur désire cependant que toute ces republications et redistributions soient mises à disposition du public librement et sans restriction aucune, et que les traductions et autres travaux dérivés soient clairement identifiés comme tels.

mercredi 4 novembre 2015

Respect dans le dialogue

Le franciscain français Guillaume de Rubrouck (1215-1295), né à Rubrouck en Flandre, fut l' émissaire de Saint Louis à la cour mongole en 1253-1254. Dans son récit Voyage dans l'empire Mongol, l'ambassadeur décrit la controverse organisée durant son séjour à Karakorum par le khan Mongku,  entre "musulmans, idolâtres, bouddhistes, nestoriens, et catholiques", à la veille de la Pentecôte. Il note que les participants doivent promettre au Khan de ne pas se servir de « paroles désagréables ou injurieuses pour leurs contradicteurs, ni provoquer un tumulte qui puisse empêcher cette conférence, sous peine de mort. »

A l'exception de l'argument choc usé par le Khan, voilà des critères qui pourraient être repris dans des chartes de bonne conduite à faire signer avant toute réunion. :-)

Dialogue et respect mutuel

Extrait du 12ème Décret d'Ashoka, gravé dans un rocher au 3ème siècle avant JC :

 « L'épanouissement des religions est essentiel et peut s'accomplir par divers  voies, mais toutes supposent de ne pas privilégier uniquement sa propre religion ni condamner la religion d'autrui sans une grande raison. Et s'il y a motif à critique, elle doit être dite avec douceur.  On ne devrait pas honorer seulement sa propre religion et condamner les religions des autres, mais on devrait honorer les religions des autres pour cet aspect ci ou cet aspect là. Agir ainsi bénéficie sa propre religion ainsi qu'à celle des autres. En agissant autrement, on nuit à sa propre religion ainsi qu'à celle des autres.

Quiconque célèbre sa propre religion avec une dévotion excessive et condamne les religions des autres, pense ainsi glorifier sa propre religion mais il ne fait que lui nuire gravement. C'est pourquoi le contact entre les religions est bon. Il importe que chacun écoute et respecte les doctrines professées par autrui. »
        

mardi 3 novembre 2015

Ashoka, bien avant la COP21

Le grand roi bouddhiste Ashoka (–273 av. J.-C. ; – 232 av. J.-C.), fils de Bindusâra (troisième empereur Maurya) et petit-fils de Chandragupta, a régné sur la majeure partie du sous-continent indien, de l'Afghanistan jusqu’au Bengale et aussi loin vers le sud que Mysore. Il a fait construire plus de 84.000 stupas.

Il aurait dit :
Le long des routes j'ai fait planter des arbres de banian, de sorte qu'ils puissent donner l'ombre aux animaux et aux hommes, et j'ai fait planter des plantations de mangue. À des intervalles de huit krosas, j'ai fait creuser des puits, puis fait construire des maisons de repos dans divers endroits, j'ai fait construire des points d'eau pour l'usage des animaux et des hommes.

Ashoka est connu notamment par des décrets écrits sur des roches et des piliers partout dans l’Inde.
Le 5ème décret comporte entre autre l'interdiction d'abattre plusieurs espèces animales non domestiques et limite  le défrichage des forêts.

lundi 2 novembre 2015

Lhabab duchen 2015

La fête de Lha bab dus chen tombe cette année le mardi 3 novembre.  

pour rappel :
Le Bouddha vient d'obtenir l'Eveil suprême à Bodhgaya. Il se rend alors dans un monde de deva connu sous le nom de Trente-Trois, pour y dispenser des Enseignements à sa mère qui a repris naissance là.

La fête
ལྷ་བབས་དུས་ཆེན, le 22ème jour du 9ème mois lunaire, commémore son retour dans notre monde humain.
Selon la tradition, ce jour là, toutes les vertus effectuées sont multipliées par 10 millions.