jeudi 24 janvier 2019

Des perceptions et des karmas

 De manière générale, nous ne connaissons des êtres et des choses que les perceptions que nous  avons d'eux, lesquelles perceptions sont fortement conditionnées par nos karmas, plus précisément ceux qui viennent alors à maturité.
C'est bien pour cela que les cittamatrin nient toute réalité extérieure à l'individu qui perçoit !

Sans aller  jusque là, les madhyamika prasangika admettent qu'il existe des objets à l'extérieur de nous, les sujets percevant, mais aussi que nous ne savons pas grand chose d'eux, puisque nos perceptions sont fortement conditionnées par nos propres karmas.
Les perceptions que deux personnes ont d'un même objet comportent une frange commune - conditionnée par l'objet mais aussi par le support physique (organes des sens, etc.) - et une (grande) partie personnelle, conditionnée par leurs karmas.
Autrement dit, la frange commune est plus grande entre des êtres d'une même espèce, par exemple deux humains, qu'entre êtres d'espèces différentes, par exemple un humain et un cheval.

mercredi 23 janvier 2019

Verre à moitié vide ou à moitié plein

Nos perceptions sont au fond très subjectives. Selon notre humeur ou nos habitudes de pensée, nous voyons le verre à moitié vide ou à moitié plein.
Une même situation peut nous laisser indifférents, nous faire rire, ou nous irriter, selon toutes sortes d'éléments qui n'ont strictement rien à voir avec ladite situation.
Un même revenu nous semblera suffisant ou insuffisant, pas tant en fonction du montant lui-même, que de nos points de comparaison.

Un bon côté, c'est que, si nous nous habituons à regarder les choses sous un angle positif, nul doute que nous nous sentirons mieux, plus calmes, plus heureux.

lundi 21 janvier 2019

Lama khyén

Un petit enfant qui trébuche crie "Maman !"
 Plus grand,  on appelle "Au secours", "A l'aide".

Les Tibétains quant à eux s'exclamaient naguère "Lama khyén" བླ་མ་མཁྱེན་ou "Sangyè khyén" སངས་རྒྱས་མཁྱེན་.

Ces deux énoncés, formules abrégées et quintessence de la prise de refuge, sont équivalents - l'un invoquant le(s) Maître(s), l'autre le(s) Bouddha(s).
Quant à les transposer en français, ...
Ils incluent sans doute notre "au secours", mais vont bien plus loin.

Dire ou penser sincèrement "Lama/Sangyè khyén" revient à s'en remettre totalement à eux, sûrs qu'ils savent tout - ne sont-ils pas omniscients ? - de ce qui nous arrive, et qu'ils savent également tout de ce qui serait le mieux pour nous - que ce soit agréable ou désagréable sur le moment.

Lama khyén, Lama khyén, Lama khyén.

La foi, racine de toutes les qualités


La foi དད་པ་, qualité fondamentale s'il en est, et ô combien féconde, car racine de toutes les autres qualités !

Comment ?

Selon l'Abhidharma, la foi se présente sous plusieurs formes, dont certaines si peu habituelles dans nos cultures occidentales qu'il est difficile de trouver des mots qui rendent les subtilités des termes bouddhiques.

Classification ternaire

1) ཡིད་ཆེས་ཀྱི་དད་པ་
La foi en tant que confiance et/ou conviction (ou encore certitude) peut porter sur n'importe quel existant.
Dans cette acception, la foi consiste à voir les choses telles qu'elles sont, et à admettre qu'elles sont ainsi. C'est pourquoi la traduction "confiance" ne convient pas dans tous les cas. Elle est adaptée aux objets du domaine vertueux tels que le Bouddha, les Trois Joyaux, l'esprit d'Eveil, mais pas du tout aux autres !

Par exemple, la foi-confiance en le Joyau du Dharma suppose de discerner les qualités du Dharma et ainsi de comprendre pourquoi et comment pratiquer le Dharma protège de la souffrance et donne accès au bonheur.

En revanche, utiliser le mot "confiance" pour désigner la foi à propos, par exemple, du samsara, ou de la souffrance, etc., serait un contre-sens. Pourtant, la foi en tant que ཡིད་ཆེས་ཀྱི་དད་པ་ peut tout aussi bien porter sur de tels objets. Exemple : être convaincu du caractère négatif de l'attachement et de ses effets pernicieux.

Ceci permet de comprendre pourquoi les textes affirment que la foi est source de qualités. Pour reprendre les mêmes exemples, la foi en le Joyau du Dharma suscite l'aspiration à le pratiquer, et par rapport à l'attachement, elle génère l'aspiration à le combattre et à s'en libérer.
 
2) དང་བའི་དད་པ་
La foi "limpide" revient à éprouver de l'admiration soit envers des qualités (amour, compassion, esprit d'éveil sagesse, etc.) soit envers les êtres porteurs de qualité (Maîtres, Bouddhas, bodhisattvas, arhats, saints, etc.)
Les objets de la foi limpide, qualités ou êtres, sont forcément positifs, vertueux.


2) མངོན་འདོད་ཀྱི་དད་པ་
La foi en tant qu'émulation découle de l'admiration des qualités d'autrui et consiste à souhaiter en obtenir de semblables, pour de même pouvoir progresser, aider autrui, etc.

Il ne s'agit en aucun cas de jalousie, néfaste, mais d'une saine émulation sur la voie spirituelle.
 La foi-émulation porte par définition sur des qualités, et suscite l'aspiration à les épanouir.


Classification binaire

1) La foi non fondée, c'est-à-dire la foi aveugle.
Exemple, éprouver de la foi envers le Bouddha, par imitation, par habitude culturelle, mais sans avoir connaissance réelle de ce qu'est le Bouddha.
La foi aveugle présente plusieurs inconvénients :
elle n'est pas stable et peut être perdue ;  
bien qu'elle soit capable de donner naissance à divers bons résultats (éthique, bonté, amour, etc.), ceux-ci restent limités et précaires ;
elle peut consister en des croyances fausses, et donc potentiellement dangereuses. Exemple : foi accordée à une déité "exigeant" (selon ses fidèles) des sacrifices sanglants.

2) La foi fondée, sur des raisons et des compréhensions issues de l'étude, la réflexion et la méditation.
Bien évidemment, le bouddhisme prône la foi fondée, qui est stable et qui peut générer toutes les qualités de la voie, jusqu'à l'Eveil complet inclus.

Le bouddhisme observe que la foi aveugle est une porte d'entrée possible - mais pas obligatoire - sur la voie, quitte à plus tard laisser la place à la foi fondée.
La foi aveugle n'est cependant l'unique entrée, certains êtres se fondant sur la sagesse pour développer la foi.
Selon un de mes Maîtres, la sagesse entraîne forcément la foi, mais la foi (sous-entendu non fondée) n'entraîne pas forcément la sagesse.
-->

jeudi 17 janvier 2019

L'instant detox (Julien Pain)

A propos de la nécessité, ou non, de Dieu




A propos des Textes, à réinterpréter ou non



A propos de la violence


jeudi 3 janvier 2019

Rinpoche à Bordeaux les 2 et 3 février 2019

Kadam Tcheuling Bordeaux  
http://kadamtcheuling.org

 Les 2 et 3 Février 2019, le Vénérable Maître Dagpo Rimpoché donnera la suite de l'enseignement sur "l'Entrainement à l'esprit d’Éveil en 7 points" de Gueshé Tchékawa.

Le nombre de places dans le temple étant limité et afin de préparer au mieux ces journées, prière de bien vouloir vous inscrire depuis ce lien :

https://billetto.fr/e/enseignement-bouddhiste-l-entrainement-de-l-esprit-par-le-venerable-dagpo-rimpoche-billets-325834

Les horaires prévus sont : 9h00 à 12h00 et de 15h00 à 17h00 pour le samedi et le dimanche.

Rinpoche près de Biarritz du 25 au 27 janvier


mardi 1 janvier 2019

Vœux de Nouvel An

La paix vient de l’intérieur. Ne la cherchez pas à l’extérieur.

Personne ne peut nous sauver, à part nous-mêmes… Personne ne peut et personne ne le fera pour nous…

(Bouddha)