lundi 18 mars 2019

Nicolas Certenais : une voix d’opéra sur la Voie

A lire sur Bouddha News, une interview d'un fort sympathique artiste breton d'origine et bacot d'adoption.

J'aurais bien aimé ajouter une vidéo avec lui, mais Nicolas est tellement modeste que je peine à trouver une vidéo (en accès public) où on l'entende vraiment.

Nicolas Certenais : une voix d’opéra sur la Voie

Rencontre avec le célèbre chanteur lyrique, féru de philosophie et de bouddhisme zen, pour qui « l’art de chanter est une petite...


dimanche 17 mars 2019

Le bouddhisme, une voie d’optimisme France 2

Emission Sagesses Bouddhistes

Dimanche 17 mars 2019 - Horaire 8h30
Replay pendant 28 jours

Invitée : Marie-Stella Boussemart
Réalisation : Claude Darmon
Présentation : Sandrine Colombo

Aujourd’hui, l'émission Sagesses Bouddhistes se penche sur la dimension optimiste des enseignements du Bouddha, car contrairement à bien des idées reçues, son message clé réside dans le fait que tout être a le potentiel de progresser, de changer, de s’entraîner et d’accéder au bonheur qu’il recherche.

mercredi 13 mars 2019

Aumôniers de prison

Bouddha News  Reportage

Derrière les barreaux, la voie du Bouddha pour se retrouver

Non à la déprime

Bouddha News

Non à la déprime !

Et si au lieu de regarder avec morosité le verre à moitié vide, nous nous réjouissions qu'il soit à moitié plein ?

vendredi 8 mars 2019

Journée pour les droits de la femme

Lien vers une interview qui démontre à nouveau, s'il en est besoin, que la parole est d'argent, et le silence d'or. :-)

Bouddha News


mardi 5 mars 2019

Fruits de la persévérance



Manami Ito est une Japonaise de 38 ans. Il y a 14 ans, lors d'un accident de la circulation, elle a perdu l'usage de son bras droit. Mais elle a affronté cet handicap avec courage et succès.
Passionnée de musique, elle réussit à jouer du violon avec ... un bras articulé.
En 2008 et 2012, elle a également participé aux Jeux Paralympiques à Beijing et Londres, en natation.
Elle continue à exercer son métier d'infirmière.

Comme quoi la force mentale fait des prodiges !

samedi 2 mars 2019

Enseignement virtuel de la vacuité


Une version androïde du bodhisattva Kannon officie dans un Temple ...



1er mars 2019 - Le Japon est un pays fascinant de mélange entre tradition et modernisme. À Kyoto, capitale culturelle du Japon, le temple construit par sa ...

vendredi 1 mars 2019

Shuksép Jetsun : femme et grand maître du XXe siècle

A lire sur le site de Bouddha News

ཤུག་གསེབ་རྗེ་བཙུན་བློ་ཆེན་རིན་པོ་ཆེའམ་རྗེ་བཙུན་རིག་འཛིན་མ་ཆོས་ཉིད་བཟང་མོ་མཆོག་
Une courte biographie de Shuksép Jetsun (1852-1953), rédigée par Antony Boussemart. :-)

Emission Sagesses bouddhistes - replay pendant 28 jours

Une bonne nouvelle

Désormais, les émissions sont visibles en replay pendant 28 jours (et non plus 7) 

Lien : https:/france.tv/france-2/les-chemins-de-la-foi/

Quelques gouttes de l'océan bouddhique


par le Vénérable Dagpo Rinpoche

Adaptation française par Marie-Stella Boussemart

En téléchargement sur Bouddha News


Bouddha News un nouveau magazine numérique et gratuit


Site en accès libre

Lien pour s'abonner à la Newsletter, gratuitement ICI

mercredi 27 février 2019

Musée Guimet - Nara, trois trésors du bouddhisme japonais

Pour la première fois prêtés hors du Japon, sont présentés en France deux gardiens, trésors nationaux, et une effigie en bois du bodhisattva Jizô, classé « bien culturel important ».

Nara – Trois trésors du bouddhisme japonais – Guimet - Musée guimet



23 janv. 2019 - Un prêt exceptionnel est accordé par la préfecture de Nara au musée national des arts asiatiques – Guimet, dans le cadre de Japonismes ...



Exposition : Nara, trois trésors du bouddhisme japonais / Le principe ...



26 février 2019 -  Sophie Makariou vous parle de l'exposition "Nara, trois trésors du bouddhisme japonais", et Myriam Benraad de la visite du président irakien ...

mardi 26 février 2019

Quelle est la vision de la mort selon les grandes religions?

Article concis, mais pas inintéressant :


«Le bouddhisme accepte la conception hindoue de renaissances qui dépendent des conséquences d'actions bonnes ou mauvaises karman, mais va ...

lundi 25 février 2019

Les 12 préceptes de l'esprit d'Eveil aspiration avec promesse

Un pratiquant peut faire apparaître l'esprit d'Eveil sous la forme de l'aspiration à devenir Bouddha pour le bien de tous les êtres, sans encore aller jusqu'à prendre l'engagement d'accomplir toutes les  pratiques de bodhisattva, mais en se promettant déjà de ne jamais se détourner de ce but.

Ce serment une fois pris, l'application de 12 préceptes permettent au pratiquant d'aller jusqu'au bout, cad l'Eveil suprême, quel que soit le temps nécessaire pour y parvenir.

Sur les 12  4 préceptes concourent à préserver l'esprit d'Eveil tout au long de la vie en cours, et les 8 autres lors des vies suivantes, jusqu'à la réalisation de l'Eveil suprême.

1 Les 4 préceptes pour maintenir l'esprit d'Eveil dans cette vie
1 - Songer aux bienfaits de l'esprit d'Eveil 3 fois le jour et 3 fois la nuit.
2 - Procéder à la production de l'esprit d'Eveil 3 fois le jour et 3 fois la nuit.
3 - Réunir les deux accumulations, de mérites et de sagesse.
4 - Ne jamais abandonner un être (c.a.d. à propos de qui que ce soit, ne jamais penser que jamais on ne fera rien pour lui).

2 Les 8 préceptes pour maintenir l'esprit d'Eveil dans les vies suivantes
Ils sont répartis en 2 groupes en miroir : 4 attitudes à éviter ; 4 attitudes à adopter.

21 Les 4 dharmas noirs à éviter
1 - Mentir avec malveillance au maître, à l'abbé, à ses parents.
2 - Critiquer des personnes dotées de qualité (à portée d'oreille).
3 - Inspirer du regret à quelqu'un qui a bien agi.
4 - Sans raison valable, faire montre d'hypocrisie et de duplicité.

22 Les 4 dharmas blanc à mettre en œuvre
1 - Adopter un langage véridique (cad rejeter le mensonge).
2 - Considérer tout être en tant que guide, en tant que maître.
3 - Aider les personnes qui auraient de manifestes tendances mahayanistes à s'engager dans cette voie (bien évidemment, sans jamais forcer qui que ce soit !).
4 - Faire montre de droiture, de probité.



Les degrés de l'esprit d'Eveil et les implications

L'esprit d'Eveil བྱང་ཆུབ་ཀྱི་སེམས་ est l'aspiration désormais spontanée à devenir Bouddha de manière à accomplir les deux buts : le bien d'autrui et de soi-même.

Cette aspiration à l'Eveil suprême comporte plusieurs degrés, qui correspondent à des niveaux d'engagement croissant.
* aspiration sans plus  -> pas d'engagement
* aspiration assortie de la promesse d'aller jusqu'au bout -> 12 préceptes
* engagement formel -> prise des vœux de bodhisattva
NB Selon la manière de les décomposer :  4 vœux, ou 14 vœux, ou 18 vœux principaux + 46 secondaires

Nuit des idées "Face au présent"

Une amie m'a envoyé un article à propos d'un événement annuel fort intéressant : La Nuit des idées, dont la 4ème édition a eu lieu récemment, sur le thème "Face au présent".

J'espère que des bouddhistes ont pu y prendre prendre, avec des représentants de diverses branches, car les points de vue sont sensiblement différents sur la question du temps et de l'instant présent.

Mais si ! Ce pourrait être compatible avec notre sacro-sainte laïcité française !
Un bouddhiste n'étant pas nécessairement un religieux, un philosophe bouddhiste pourrait être fréquentable. :-)

dimanche 24 février 2019

Fi de la compassion et de la générosité

Un panneau sur la devanture d’un bureau de poste à Nevers (Nièvre) fait les gros titres de l'actualité (l'indignation soulevée est quant à elle réconfortante).
"Il est interdit de donner de l’argent aux SDF, sous peine d’amende."

On vit une époque formidable
Où donner une piécette à un SDF ou pire, fournir un abri ou autre aide logistique à un sans-papiers, deviennent des délits.
Où des tentes et des sacs de couchage procurés aux sans-abris peuvent être impunément détruits par les forces de l'ordre.
Où des montagnes de nourritures invendues sont impunément rendues inconsommables, en dépit d'une loi récente.
Où en revanche un malheureux qui prend de la nourriture jetée dans une poubelle peut se retrouver en prison pour vol - bon, l'avantage, c'est que là, il a un toit et des repas, mais quand même...


De quoi alimenter une rumeur selon laquelle certains dirigeants contemporains seraient plus enclins à combattre les pauvres que la pauvreté.
Heureusement qu'une rumeur, c'est faux... Espérons.

L'Abbé Pierre nous manque bien ! Et Coluche aussi. 
Deux styles (doux euphémisme), mais un combat commun pour fournir au moins un toit et du pain à la veuve et l'orphelin, et plus de préférence.



mercredi 20 février 2019

Les bons côtés de la souffrance

Cf. Bodhicaryavatara de Shantideva (§ 21, VI)

                « Par ailleurs, la souffrance a d'excellentes qualités :
                  Nous affligeant, elle dissipe notre arrogance,
                  Nous rend compatissant envers les êtres du samsâra,
                  Nous fait éviter les fautes et aimer la vertu. »

dimanche 17 février 2019

Les mots, ces conventions


Mais non, les mots n'ont pas de nature propre, et pas de sens intrinsèque non plus.





samedi 16 février 2019

mardi 12 février 2019

Mönlam chén-mo 19 février 2019

Depuis le 3ème jour du 1er mois lunaire (le 5 février), les gélugpa mais pas seulement eux célèbrent le Mönlam སྨོན་ལམ་ཆེན་མོ་, littéralement "la Grande Prière".
Le jour culminant est la "grande fête des miracles" ཆོ་འཕྲུལ་དུས་ཆེན་, le jour de la pleine lune - cette année,  le 19 février.

Cette période commémore les joutes en pouvoirs supranormaux (et aussi dialectiques), qui opposèrent autrefois à Shravasti le Bouddha Shakyamouni et six grands Maîtres hindouistes, et dont le Bouddha sortit vainqueur.

Depuis que Jé Tsongkhapa institua le Mönlam à Lhasa, en 1409, c'est sans doute l'une des plus grandes fêtes tibétaines. Jusqu'aux heures noires de l'histoire récente (révolution culturelle notamment), la seule interruption avait duré une vingtaine d'années, au début du XVIème siècle, suite à des luttes de pouvoir - politique - entre des dirigeants karma-kagyu et gélugpa.

Traditionnellement, c'était durant le Mönlam placé sous la présidence du Ganden Tripa, le chef suprême de l'école gélugpa, que se déroulaient les examens finaux des géshé lharampa - "géshé de Lhasa" - sélectionnés parmi les plus brillants étudiants des "trois piliers" : Drépung, Séra et Ganden.

lundi 11 février 2019

De la terminologie - exemples de la naissance et de la compassion

Pardon de revenir pour la xème fois sur un de mes thèmes de prédilection : la difficulté de traduire en général, qui plus est de langues non européennes,
qui plus est dans un cadre de pensée complètement différent de ce dont nous avons l'habitude en Europe, tel que le bouddhisme.
Oui, je ressasse. Mais c'est un point important.

Comme tout le monde ne peut pas prendre le temps d'étudier une ou deux langues d'Asie, et que de toute façon, ce ne serait pas non plus une solution à long terme, il faut bien passer par des traductions.

En tâtonnant.
En rappelant que les mots n'ont pas toujours le même sens, selon les contextes - c'est d'ailleurs net en philosophie occidentale.
En soulignant que, même si c'est pénible, le seul moyen d'arriver à à peu près se comprendre, c'est de partir des définitions internes, en l'occurrence bouddhistes, et de réfléchir à partir de là, et non des définitions habituelles du Larousse ou du Robert.

Prenons l'exemple d'un mot tout simple : naissance.
Dans le contexte bouddhiste (des traités), "naissance" désigne certes aussi la venue au monde au sortir de l'utérus maternel, mais pas que.
"Naissance" inclut toute la durée de vie, depuis l'instant de la conception jusqu'à l'instant (inclus) de la mort, et englobe le type de naissance prise (humaine, animale, etc.).

Autre exemple : compassion
Pour comprendre l'état d'esprit évoqué dans le bouddhisme, il ne faut surtout pas se fonder sur  l'étymologie latine.
Ici, il ne s'agit pas de "souffrir avec".
Il s'agit de prendre conscience de la souffrance d'autrui, et de la juger inacceptable.
D'où ensuite l'aspiration à agir pour protéger autrui de la souffrance. La meilleure aide étant de lui expliquer comment faire pour se tirer de là.

vendredi 8 février 2019

Par quoi commencer ?

Par quel bout prendre la pratique du bouddhisme ?

Eh bien, pourquoi pas par le début ?

Pour un bouddhiste, c'est la prise de refuge. Qui a l'avantage d'inclure toutes les étapes de la voie qui mène à l'Eveil.

Pour un non bouddhiste, eh bien, pourquoi pas l'éthique ?
En y associant les autres qualités fondamentales : générosité, patience, enthousiasme, concentration, sagesse.
Et tant qu'à faire, en essayant de penser à encadrer avec une bonne motivation et une dédicace.

Nature de Bouddha

Un point essentiel de l'Enseignement du Bouddha est sans doute la notion de nature de Bouddha, que possède tout être.
Tous les êtres.
Pas seulement les êtres humains.
Pas seulement les humains de sexe masculin. :-)

Cette notion est interprétée de manière diverse selon les systèmes philosophiques et autres branches du bouddhisme (voies progressive ou subitiste).

Peu importe.
L'important est l'idée qu'un jour ou l'autre, tout être parvient à l'Eveil. Et donc à la libération de toute souffrance.
Tout être devient un jour ou l'autre un Victorieux - un Bouddha.





mardi 5 février 2019

Meilleurs vœux


lundi 4 février 2019

Losar 5 février 2019

En 2019, le Nouvel An lunaire tombe le mardi 5 février selon le calendrier tibétain, et plusieurs autres calendriers asiatiques.

Ce sera une année du cochon de terre.

jeudi 24 janvier 2019

Des perceptions et des karmas

 De manière générale, nous ne connaissons des êtres et des choses que les perceptions que nous  avons d'eux, lesquelles perceptions sont fortement conditionnées par nos karmas, plus précisément ceux qui viennent alors à maturité.
C'est bien pour cela que les cittamatrin nient toute réalité extérieure à l'individu qui perçoit !

Sans aller  jusque là, les madhyamika prasangika admettent qu'il existe des objets à l'extérieur de nous, les sujets percevant, mais aussi que nous ne savons pas grand chose d'eux, puisque nos perceptions sont fortement conditionnées par nos propres karmas.
Les perceptions que deux personnes ont d'un même objet comportent une frange commune - conditionnée par l'objet mais aussi par le support physique (organes des sens, etc.) - et une (grande) partie personnelle, conditionnée par leurs karmas.
Autrement dit, la frange commune est plus grande entre des êtres d'une même espèce, par exemple deux humains, qu'entre êtres d'espèces différentes, par exemple un humain et un cheval.

mercredi 23 janvier 2019

Verre à moitié vide ou à moitié plein

Nos perceptions sont au fond très subjectives. Selon notre humeur ou nos habitudes de pensée, nous voyons le verre à moitié vide ou à moitié plein.
Une même situation peut nous laisser indifférents, nous faire rire, ou nous irriter, selon toutes sortes d'éléments qui n'ont strictement rien à voir avec ladite situation.
Un même revenu nous semblera suffisant ou insuffisant, pas tant en fonction du montant lui-même, que de nos points de comparaison.

Un bon côté, c'est que, si nous nous habituons à regarder les choses sous un angle positif, nul doute que nous nous sentirons mieux, plus calmes, plus heureux.

lundi 21 janvier 2019

Lama khyén

Un petit enfant qui trébuche crie "Maman !"
 Plus grand,  on appelle "Au secours", "A l'aide".

Les Tibétains quant à eux s'exclamaient naguère "Lama khyén" བླ་མ་མཁྱེན་ou "Sangyè khyén" སངས་རྒྱས་མཁྱེན་.

Ces deux énoncés, formules abrégées et quintessence de la prise de refuge, sont équivalents - l'un invoquant le(s) Maître(s), l'autre le(s) Bouddha(s).
Quant à les transposer en français, ...
Ils incluent sans doute notre "au secours", mais vont bien plus loin.

Dire ou penser sincèrement "Lama/Sangyè khyén" revient à s'en remettre totalement à eux, sûrs qu'ils savent tout - ne sont-ils pas omniscients ? - de ce qui nous arrive, et qu'ils savent également tout de ce qui serait le mieux pour nous - que ce soit agréable ou désagréable sur le moment.

Lama khyén, Lama khyén, Lama khyén.

La foi, racine de toutes les qualités


La foi དད་པ་, qualité fondamentale s'il en est, et ô combien féconde, car racine de toutes les autres qualités !

Comment ?

Selon l'Abhidharma, la foi se présente sous plusieurs formes, dont certaines si peu habituelles dans nos cultures occidentales qu'il est difficile de trouver des mots qui rendent les subtilités des termes bouddhiques.

Classification ternaire

1) ཡིད་ཆེས་ཀྱི་དད་པ་
La foi en tant que confiance et/ou conviction (ou encore certitude) peut porter sur n'importe quel existant.
Dans cette acception, la foi consiste à voir les choses telles qu'elles sont, et à admettre qu'elles sont ainsi. C'est pourquoi la traduction "confiance" ne convient pas dans tous les cas. Elle est adaptée aux objets du domaine vertueux tels que le Bouddha, les Trois Joyaux, l'esprit d'Eveil, mais pas du tout aux autres !

Par exemple, la foi-confiance en le Joyau du Dharma suppose de discerner les qualités du Dharma et ainsi de comprendre pourquoi et comment pratiquer le Dharma protège de la souffrance et donne accès au bonheur.

En revanche, utiliser le mot "confiance" pour désigner la foi à propos, par exemple, du samsara, ou de la souffrance, etc., serait un contre-sens. Pourtant, la foi en tant que ཡིད་ཆེས་ཀྱི་དད་པ་ peut tout aussi bien porter sur de tels objets. Exemple : être convaincu du caractère négatif de l'attachement et de ses effets pernicieux.

Ceci permet de comprendre pourquoi les textes affirment que la foi est source de qualités. Pour reprendre les mêmes exemples, la foi en le Joyau du Dharma suscite l'aspiration à le pratiquer, et par rapport à l'attachement, elle génère l'aspiration à le combattre et à s'en libérer.
 
2) དང་བའི་དད་པ་
La foi "limpide" revient à éprouver de l'admiration soit envers des qualités (amour, compassion, esprit d'éveil sagesse, etc.) soit envers les êtres porteurs de qualité (Maîtres, Bouddhas, bodhisattvas, arhats, saints, etc.)
Les objets de la foi limpide, qualités ou êtres, sont forcément positifs, vertueux.


2) མངོན་འདོད་ཀྱི་དད་པ་
La foi en tant qu'émulation découle de l'admiration des qualités d'autrui et consiste à souhaiter en obtenir de semblables, pour de même pouvoir progresser, aider autrui, etc.

Il ne s'agit en aucun cas de jalousie, néfaste, mais d'une saine émulation sur la voie spirituelle.
 La foi-émulation porte par définition sur des qualités, et suscite l'aspiration à les épanouir.


Classification binaire

1) La foi non fondée, c'est-à-dire la foi aveugle.
Exemple, éprouver de la foi envers le Bouddha, par imitation, par habitude culturelle, mais sans avoir connaissance réelle de ce qu'est le Bouddha.
La foi aveugle présente plusieurs inconvénients :
elle n'est pas stable et peut être perdue ;  
bien qu'elle soit capable de donner naissance à divers bons résultats (éthique, bonté, amour, etc.), ceux-ci restent limités et précaires ;
elle peut consister en des croyances fausses, et donc potentiellement dangereuses. Exemple : foi accordée à une déité "exigeant" (selon ses fidèles) des sacrifices sanglants.

2) La foi fondée, sur des raisons et des compréhensions issues de l'étude, la réflexion et la méditation.
Bien évidemment, le bouddhisme prône la foi fondée, qui est stable et qui peut générer toutes les qualités de la voie, jusqu'à l'Eveil complet inclus.

Le bouddhisme observe que la foi aveugle est une porte d'entrée possible - mais pas obligatoire - sur la voie, quitte à plus tard laisser la place à la foi fondée.
La foi aveugle n'est cependant l'unique entrée, certains êtres se fondant sur la sagesse pour développer la foi.
Selon un de mes Maîtres, la sagesse entraîne forcément la foi, mais la foi (sous-entendu non fondée) n'entraîne pas forcément la sagesse.
-->

jeudi 17 janvier 2019

L'instant detox (Julien Pain)

A propos de la nécessité, ou non, de Dieu




A propos des Textes, à réinterpréter ou non



A propos de la violence


jeudi 3 janvier 2019

Rinpoche à Bordeaux les 2 et 3 février 2019

Kadam Tcheuling Bordeaux  
http://kadamtcheuling.org

 Les 2 et 3 Février 2019, le Vénérable Maître Dagpo Rimpoché donnera la suite de l'enseignement sur "l'Entrainement à l'esprit d’Éveil en 7 points" de Gueshé Tchékawa.

Le nombre de places dans le temple étant limité et afin de préparer au mieux ces journées, prière de bien vouloir vous inscrire depuis ce lien :

https://billetto.fr/e/enseignement-bouddhiste-l-entrainement-de-l-esprit-par-le-venerable-dagpo-rimpoche-billets-325834

Les horaires prévus sont : 9h00 à 12h00 et de 15h00 à 17h00 pour le samedi et le dimanche.

Rinpoche près de Biarritz du 25 au 27 janvier


mardi 1 janvier 2019

Vœux de Nouvel An

La paix vient de l’intérieur. Ne la cherchez pas à l’extérieur.

Personne ne peut nous sauver, à part nous-mêmes… Personne ne peut et personne ne le fera pour nous…

(Bouddha)

dimanche 30 décembre 2018

L'instant detox (Julien Pain) - à propos des interdits alimentaires


Intervenants :

Père Antoine Guggenheim Aassociation : UP for Humanness

Yann Boissière Rabbin du MJLF (Mouvement Juif Libéral de France) Président de l’association « les Voix de la Paix »

Tareq Oubrou Grand Imam de Bordeaux , Président des Imams de France Théologien, écrivain et essayiste

Marie-Stella Boussemart Moniale bouddhiste, association la Congrégation Ganden Ling

L'instant detox - à propos des femmes


vendredi 28 décembre 2018

dimanche 23 décembre 2018

Des dirigeants


Le Dasa-raja-dhamma, texte des Jataka (récits des vies antérieures du Bouddha Shakyamouni),  énonce les dix devoirs d’un roi :
1. La générosité, qui suppose d’utiliser les biens et richesses au profit de la population, et non pour lui-même.
2. Une éthique élevée 
3. L’abnégation, qui consiste à accorder la priorité à l’intérêt de la population, 
4. L'honnêteté et l'intégrité
5. L’amabilité et la douceur
6. Un train de vie simple, sans luxe ni ostentation
7. L'absence de haine et de rancune
8. La non-violence
9. La patience, dont la capacité à supporter les critiques et insultes
10. Le souci de l’harmonie, en respectant la volonté populaire.

Insistant sur l'importance de la stabilité économique, le Bouddha estime que la politique d'un Etat doit concourir à quatre objectifs :
1. La sécurité économique
2. La prospérité économique
3. L’absence de dettes
4. La moralité des moeurs et coutumes

Lao Tseu

Citations prêtées à Lao Tseu :

J'ai juste trois choses à enseigner : la simplicité, la patience et la compassion. Ces trois-là sont les plus grands trésors.

Qui est satisfait est riche.

La santé est la plus grande possession. Le contentement est le plus grand trésor. La confiance est le meilleur ami. La non-existence est la plus grande joie.

Epicure

Citation prêtée à Epicure :

Rien n’est suffisant pour celui pour qui assez est trop peu.

Dialogue et respect mutuel

Extrait du 12ème Décret d'Ashoka, gravé dans un rocher au 3ème siècle avant JC :

 « L'épanouissement des religions est essentiel et peut s'accomplir par divers  voies, mais toutes supposent de ne pas privilégier uniquement sa propre religion ni condamner la religion d'autrui sans une grande raison. Et s'il y a motif à critique, elle doit être dite avec douceur.  On ne devrait pas honorer seulement sa propre religion et condamner les religions des autres, mais on devrait honorer les religions des autres pour cet aspect ci ou cet aspect là. Agir ainsi bénéficie sa propre religion ainsi qu'à celle des autres. En agissant autrement, on nuit à sa propre religion ainsi qu'à celle des autres.

Quiconque célèbre sa propre religion avec une dévotion excessive et condamne les religions des autres, pense ainsi glorifier sa propre religion mais il ne fait que lui nuire gravement. C'est pourquoi le contact entre les religions est bon. Il importe que chacun écoute et respecte les doctrines professées par autrui. »
        

vendredi 21 décembre 2018

Etre content de ce que l'on a

Etre content de ce que l'on a est une qualité fondamentale dans le bouddhisme, "tout simplement" parce qu'elle permet de se sentir heureux, quelles que soient sinon les opinions et cultures, comme le montre le texte ci-après, d'Olivier de Kersauson.

« Le jour où je vais disparaître, j'aurai été poli avec la vie car je l'aurai bien aimée et beaucoup respectée. Je n'ai jamais considéré comme chose négligeable l'odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit du ressac sur le sable lorsque la mer est calme, le clapotis. Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés, chéris, choyés. Je suis poli, voilà. Ils font partie de mes promenades et de mes étonnements heureux sans cesse renouvelés. Le passé c'est bien, mais l'exaltation du présent, c'est une façon de se tenir, un devoir. Dans notre civilisation, on maltraite le présent, on est sans cesse tendu vers ce que l'on voudrait avoir, on ne s'émerveille plus de ce que l'on a. On se plaint de ce que l'on voudrait avoir. Drôle de mentalité ! Se contenter, ce n'est pas péjoratif. Revenir au bonheur de ce que l'on a, c'est un savoir vivre. »

jeudi 20 décembre 2018

Le processus de la mort selon des scientifiques

Pour info, car il est toujours intéressant de prendre connaissance de divers points de vue

https://theconversation.com/podcast-ce-quil-se-passe-dans-le-cerveau-au-moment-de-la-mort-108091

 Blog consacré au cerveau
https://cervenargo.hypotheses.org/

De l'éducation, selon Marguerite Yourcenar

Un texte écrit par Marguerite Yourcenar en 1980. Mais plus que jamais d'actualité.

« Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties aussi bien que dans les régimes totalitaires. Cette ignorance est si forte, souvent si totale, qu’on la dirait voulue par le système, sinon par le régime. J’ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l’éducation de l’enfant.

Je pense qu’il faudrait des études de base, très simples, où l’enfant apprendrait qu’il existe au sein de l’univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu’il dépend de l’air, de l’eau, de tous les êtres vivants, et que la moindre erreur ou la moindre violence risque de tout détruire.
Il apprendrait que les hommes se sont entretués dans des guerres qui n’ont jamais fait que produire d’autres guerres, et que chaque pays arrange son histoire, mensongèrement, de façon à flatter son orgueil.


On lui apprendrait assez du passé pour qu’il se sente relié aux hommes qui l’ont précédé, pour qu’il les admire là où ils méritent de l’être, sans s’en faire des idoles, non plus que du présent ou d’un hypothétique avenir.


On essaierait de le familiariser à la fois avec les livres et les choses ; il saurait le nom des plantes, il connaîtrait les animaux sans se livrer aux hideuses vivisections imposées aux enfants et aux très jeunes adolescents sous prétexte de biologie. ; il apprendrait à donner les premiers soins aux blessés ; son éducation sexuelle comprendrait la présence à un accouchement, son éducation mentale la vue des grands malades et des morts.


On lui donnerait aussi les simples notions de morale sans laquelle la vie en société est impossible, instruction que les écoles élémentaires et moyennes n’osent plus donner dans ce pays.


En matière de religion, on ne lui imposerait aucune pratique ou aucun dogme, mais on lui dirait quelque chose de toutes les grandes religions du monde, et surtout de celle du pays où il se trouve, pour éveiller en lui le respect et détruire d’avance certains odieux préjugés.


On lui apprendrait à aimer le travail quand le travail est utile, et à ne pas se laisser prendre à l’imposture publicitaire, en commençant par celle qui lui vante des friandises plus ou moins frelatées, en lui préparant des caries et des diabètes futurs.


Il y a certainement un moyen de parler aux enfants de choses véritablement importantes plus tôt qu’on ne le fait. »


Marguerite Yourcenar, "Les yeux ouverts."