samedi 20 octobre 2012

De la convoitise

 La convoitise figure au nombre des dix non vertus. Elle est la plus légère parmi les trois non vertus de l'esprit, mais elle est redoutable car elle apparaît aisément, et passe très souvent inaperçue.
 
Dans le Lamrim de la lignée du Sud, elle est définie en ces termes : "La convoitise : la base est un bien appartenant à autrui ; on l'identifie en tant que tel et, du fait de la présence [en nous] de cinq éléments : attachement pour nos biens personnels, esprit d'accumulation, goût pour les biens d'autrui, envie [de nous les approprier], occultation de la honte et des inconvénients ; sous l'effet de l'un des [trois] facteurs perturbateurs, la motivation consiste en un vif désir d'entrer en sa possession, l'action en le fait de déployer des efforts à cette fin et l'accomplissement en le souhait d'y parvenir."
De toute évidence, la convoitise est un aspect revêtu par l'attachement. Comme son nom l'indique, elle consiste à avoir envie de quelque chose qu'on n'a pas. Déjà que naturellement, on a facilement envie de ce qu'ont les autres, mais en plus, avec le bombardement publicitaire qu'on subit partout et tout le temps, cette tendance n'ira pas en s'arrangeant d'elle-même si on n'y met pas bon ordre.
Comment combattre la convoitise ? Par exemple, en pensant au caractère vain car éphémère des objets de convoitise ; en prenant l'habitude d'apprécier ce que l'on a déjà, et ainsi de s'en contenter ; en optant pour la modération et la sobriété ; en évitant le plus possible les tentations, etc., etc. Cela ne suffira pas pour l'éradiquer - car seule la compréhension directe du non soi en sera capable - mais cela entraînera déjà un progrès non négligeable. Et on sera nettement plus tranquille et plus heureux.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire