jeudi 9 février 2017

Trichén Könchog Chöpel, 35e Ganden Tripa

Jam-yang1 Lama Könchog Chöpel (1573-1646)

Le 35e Ganden Tripa (de 1627 à 1637 ou de 1630 à 1638) est né à Dranang Gönzhöl, dans le Lhokha, au Sud du Tibet, en l'an du coq d'eau du 10e cycle. Tout jeune encore, il montre des dispositions impressionnantes et il révèle de très puissantes empreintes en lien avec le Dharma. Entre autres, il ne cesse de réclamer à ses parents l'autorisation d'aller à Sangpu suivre les sessions estivales d'Enseignements. Bientôt il prend les vœux d'upasaka auprès du maître Sönam Gyel, à Tashi Chöling. A douze ans, il entre à Dagpo Datsang, et reçoit l'ordination mineure - de sramana - du supérieur, Lopön Losang Chöpel, qui lui confère le nom Könchog Chöpel.

Le jeune moine fait des études brillantes en sutra et tantra. Après avoir obtenu le titre de rabjampa - docteur en philosophie - à 22 ans à l'issue de débats soutenus à Tséthang, sur les conseils de l'abbé retiré Khènsur Jampa Tènpa(18e abbé de Dagpo Datsang), il va dans le Centre poursuivre sa formation à Kyishö ainsi qu'à Ratö, où se trouve un précieux commentaire manuscrit du Pramanavartika, un exemplaire unique qui ne sort jamais de l'enceinte. Devenu géshé de Ratö, et déjà doté d'une solide réputation d'érudit, à 24 ans, il reçoit l'ordination majeure du 25e Ganden Tripa, Gyelkhang Tsépa Peljor Gyatso (1526-1599), après quoi il accomplit le cursus en tantras de Gyutö.

En sus des Maîtres déjà cités, Trichén Könchog Chöpel reçoit également des transmissions de la part du  30e Ganden Tripa, Trichén Lodrö Gyatso (1546-1618), du 3e Dalaï Lama, Sönam Gyatso (1543-1588) ou encore de Dromtawa Lodro Chöpel. Il étudie le sanskrit avec Nangzè Dorjé Khöntön Peljor Lhündrub (1561-1637), qui sera également l'un des maîtres du 5e Dalaï Lama depuis ses 17 ans.

Après un fructueux séjour dans le Kham en 1600, de retour dans le Centre, Géshé Könchog Chöpel est invité à donner des enseignements à Sangpu Ratö et à Gyutö. Il est également sollicité pour donner des initiations d'Avalokiteshvara et Acala ainsi que des enseignements au 4e Dalaï Lama, Yönten Gyatso (1589-1617).
Bientôt, il assume les fonctions d'abbé successivement dans pas moins de quinze monastères dont Ratö, Gyutö en 1612, Rinchenling en 1616, Sangpu en 1620 - la notoriété qu'il acquiert dans ces trois monastères lui vaut le titre de Lingmè Chöjé -, Kyormolung, Sangkhar, Ölkha Zinchi, Loseling en 1623 et Ganden Shartsé en 1625.

Dagpo Rinpoche indique que Trichén Könchog Chöpel fut également abbé de Dagpo Datsang - une première fois, il avait dû se récuser parce qu'il venait de prendre la charge abbatiale de Sangpu, mais il s'était fait remplacer par l’un de ses disciples, Jétsün Jampa Chöchog - 21ème abbé -, qui accomplit deux mandats et composa un excellent commentaire2 de l’Abhidharmakosha, encore aujourd'hui étudié à Dagpo Datsang.

Lingmè Chöjé Könchog Chöpel accède enfin au siège abbatial de Ganden, en 1626 ou en 1629-1630 selon les sources, et à ce titre, de longues années durant, il préside les cérémonies du Mönlam et donne les Enseignements traditionnels à cette occasion, tels que les Jataka - vies antérieures du Bouddha.

En outre, à partir de 1627, Trichén Könchog Chöpel, nommé tuteur junior, prend en main la formation du jeune 5e Dalaï Lama (1617-1682) à Drépung Loséling. A nouveau, il seconde le Panchen Lama, le tuteur principal, qui préfère continuer à résider à Tashi Lhünpo. Les deux maîtres ont l'habitude d'œuvrer de concert. Au début des années 20, ils sont parvenus à négocier l'accord qui a évité une guerre sanglante entre le roi Tsangpa et les troupes mongoles, après quoi ils ont eu la lourde tâche d'identifier la réincarnation du 4e Dalaï Lama parmi les trois candidats retenus par le comité de recherche. C'est donc Trichén Könchog Chöpel qui enseigne à leur illustre élève les cinq grands traités depuis les bases et il lui transmet deux fois Le Grand Lamrim de Jé Tsongkhapa.

En sus de son érudition, Trichén Könchog Chöpel est également réputé pour ses pouvoirs tantriques. Ainsi, lors d'un séjour sans sa région natale, le Lhokha, à l'invitation de Zurkhang Sharpa, il sauve la population de la sécheresse en énonçant des paroles véridiques : "Que la pluie tombe si je suis la réincarnation Panchen Jampa Lingpa !"

Un tel maître aux multiples qualités ne peut qu'attirer à lui de nombreux disciples. Les plus connus sont Lhawang Peljor - dépositaire de la lignée de transmission du Pramana-samuccaya -, Khénchén Könchok Tènzin (1623-1684) et bien sûr le 5e Dalaï Lama.

Après son décès survenu à Sang-ngag Khar en 16463, le stupa de style namgyel érigé à la mémoire de Trichén Könchog Chöpel est placé dans le temple Lima Lhakhang à Ganden selon la tradition qui se maintiendra jusqu'en 1959.

Pour mieux connaître ce grand Maître, si vous comprenez le tibétain, n'hésitez pas à vous reporter à sa biographie, qui figure dans le volume Nya des œuvres du 5e Dalaï Lama, sous le titre de 'Jam dpal dbyangs chos kyi je dKon mchog chos 'phel gyi rtogs brjod mkhas pa'i rna rgyan.


1 Ici, titre prestigieux délivré par le 5e Dalaï Lama à ses maîtres principaux.
2 mZod tika mthong b don ldan.
3 1644 selon certaines sources

Aucun commentaire:

Publier un commentaire