jeudi 2 août 2018

De la concentration

La concentration est un facteur mental, l'un des cinq facteurs "déterminants", ou disons "à objets déterminés" (yul nges lnga).

La concentration, samadhi en sanskrit, est décrite comme étant un facteur mental qui se pose de manière constante et régulière sur un objet conçu, cad un objet qu'on se représente mentalement. Autrement dit, dans notre contexte, les objets extérieurs ne sont pas des objets de concentration.
Celle-ci sert de base à la sagesse, autre facteur mental à objet déterminé.

Au fur et à mesure que serait développée cette qualité (que tout un chacun possède donc ne serait-ce qu'un peu), la concentration reçoit divers noms.

Elle est dénommée shamatha (zhi gnas en tibétain) - calme mental - dès que les obstacles de la mollesse et de la dispersion ayant été surmontés, la maniabilité dite "immuable" a été obtenue.

La concentration peut ensuite être encore développée en les quatre dhyana (bsam gtan) puis les quatre samapatti (snyoms 'jug).

Les quatre dhyana sont ... le premier, le second, le troisième et le quatrième, tout simplement.
Ils constituent le monde de la forme.

Les quatre samapatti sont :
1. la sphère de l’espace infini,
2. la sphère de la conscience infinie
3. la sphère du néant
4. la sphère de l’absorption sans identification, alias sommet du samsara
Ils constituent le monde du sans-forme.

Le calme mental relève quant à lui du monde du désir.

NB Tous ces états de concentration, y compris les plus élevés, ne sont pas d'eux-mêmes des qualités définitives.
Pour les rendre irréversibles, il faut leur allier d'autres qualités :
soit - au minimum - le renoncement au samsara,
soit - c'est mieux - l'esprit d'Eveil,
l'un comme l'autre devant avoir atteint le second stade du premier chemin (chemin de l'accumulation) pour être désormais à l'abri de toute régression.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire