samedi 13 février 2021

Losar 2021

Meilleurs vœux de santé et sérénité !

Une nouvelle année débute. Cette fois, selon le calendrier lunaire.

Échanger de bons vœux est une coutume sympathique. Et vertueuse.

Quant à pavoiser quand on entame une nouvelle année, est-ce bien raisonnable?

Cela ne fait-il pas une année de plus au compteur qui tourne depuis la naissance, et une année à retrancher de la durée de cette vie ?

Rinpoche (cad le Vénérable Dagpo Rinpoche) nous a souvent raconté qu'au Nouvel An, le grand Maître tibétain Longdol Lama Rinpoche (1719-1794) réservait un accueil quelque peu abrupt aux imprudents, ou innocents, visiteurs venant lui présenter leurs voeux. Brandissant un bâton, il fulminait : "Bonne Année ! Bonne Année ! Mais vous ne vous rendez donc pas compte que le temps s'écoule, et votre vie avec ?"

Longdol Lama Rinpoche était un moine du monastère de Sera Med. Dans sa jeunesse, sans parents ni amis, il avait connu un extrême dénuement sur le plan matériel, qui n'avait fait que renforcer sa détermination à étudier à méditer. Puis la renommée était venue, et avec elle l'aisance matérielle et ... une nombreuse parentèle.

Il invite donc un jour ses oncles, tantes et autres cousins à un somptueux festin. Mais avant de faire servir les plats, le voilà qui se met à effectuer des prosternations devant un gros tas de sacs disposés en place d'honneur et bourrés d'orge et autres richesses. En même temps il psalmodie des invocations peu orthodoxes : "Je n'avais pas d'oncle. Grâce à vous, j'en ai maintenant beaucoup. Ô biens matériels, devant vous je me prosterne !" ; "Je n'avais pas de tante. etc." Puis, impassible, il convie ses hôtes à savourer le repas.

(D'après certaines sources, Longdol Lama Rinpoche est l'un des maillons de la lignée de lamas tülku aujourd'hui représentée par Rinpoche.)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire