samedi 31 octobre 2020

Projet de loi contre le séparatisme

Idées loufoques en ce jour d'Halloween 2020

 

Et si au lieu d'une loi "contre" le séparatisme, on essayait de concevoir une loi "pour" une meilleure intégration ?

Et si au lieu de tabler sur le contrôle renforcé des flux financiers venus de l'étranger (un couteau ne coûte pas bien cher...), on misait sur un renforcement de l'instruction, notamment de l'instruction civique ? De préférence dès la crèche ! Car la meilleure période pour apprendre et assimiler est de 0 à 3 ans. 

Et si au lieu d'attendre le passage à l'acte (attentat terroriste, féminicide ou autres), on prenait l'habitude d'intervenir au premier signe ? En (ré)éduquant.

Oui, oui. C'est plus facile à dire qu'à faire. 

Oui, oui. Il est impossible d'améliorer le samsara de l'intérieur, la seule vraie solution étant la libération, bref l'éveil.

Mais 

Ce n'est pas parce que prendre un repas ne va pas nous rassasier à vie qu'il faudrait cesser de manger quand on a faim. 

=> Même s'il est impossible de rendre parfaite la société humaine, mieux vaut la rendre aussi paisible et prospère que possible. 

Et là, le meilleur outil est sans nul doute l'instruction, sur fond d'éthique. Et de respect.

samedi 24 octobre 2020

Samsara et nirvana sont en nous

L’Enseignement du Bouddha n’est pas loin, il est dans notre propre cœur, il est tout près. L'éveil n’existe pas en dehors de nous. Où donc pourrions-nous le trouver sinon à l’intérieur de nous-mêmes ! Qu’il s’agisse d’illusion ou d’illumination, c’est de l’illusion ou de l’illumination de notre propre cœur qu’il s’agit. 


Kūkai (774-835), également connu sous le nom de Kōbō-Daishi, est le  fondateur de l'école bouddhiste ésotérique Shingon au Japon.

Les quatre détachements

Le grand maître sakyapa Sachen Kunga Nyingpo résume la voie spirituelle en quatre énoncés :

Qui est attaché à cette vie n'est pas un pratiquant.
Qui est attaché au samsara n'a pas le renoncement.
Qui est attaché à son propre bien n'a pas l'esprit d'Eveil.
Qui a la saisie (du soi) n'a pas la vue (de la vacuité).

lundi 19 octobre 2020

Le Bouddha et les femmes

Seul importe le Véhicule. 
Qu’on soit homme ou femme
Quiconque prend le Véhicule 
Atteint le nirvâna.

(Samyutta Nikaya, I, 5, 6)

vendredi 9 octobre 2020

The Buxa Lama documentaire

 This documentary is about those 1500 Tibetan Monks from Drepung Monastery who escaped from Tibet from the Chinese occupation and their initial struggle to reestablish the monastic institutes and learning centers during the early days of exile at a place called Buxa Fort, on the grounds of the jungle-bound former prison camp located in West Bengal near Bhutan.

 

Un grand merci à M. N. pour le lien !

 


Documentaire sur l'implantation des moines tibétains érudits à Buxa, dans le Bengale occidental, sur le site d'une ancienne prison britannique de haute sécurité, dans une région au climat très malsain.

Ce fut une hécatombe. De nombreux réfugiés attrapèrent la tuberculose et beaucoup en moururent...

Certains moines lettrés furent ensuite redirigés vers Kalimpong, au climat beaucoup plus adapté aux Tibétains. 

En 1970, lors de l'installation de plusieurs camps de réfugiés tibétains dans le Kanartaka,  à Mundgod, dans l'état du Karnataka, outre les villages de laïcs, se constituèrent plusieurs villages monastiques. Les moines comme les laïcs travaillèrent dur au défrichement et à la mise en culture des parcelles de terre allouées.
Les parcelles des moines étaient plus petites, du fait de leur célibat - mais cela posa rapidement des problèmes, car à l'époque, les monastères jouèrent le rôle d'orphelinat.


À Mundgog :
Lama Camp n° 1 : monastère de Ganden + un monastère nyingma

Lama Camp n° 2 : monastère de Drepung + un monastère sakya

+ À date plus récente, le monastère de Ratö s'est établi non loin de celui de Drepung.) 

 

À Bylakuppe, plus au Sud :

Monastère de Sera + un monastère kagyu.

+ À date plus récente, le monastère de Tashilhunpo.

+ à Hunsur (non loin de Mysore), le monastère de Gyudmed.


mardi 6 octobre 2020

Gunthang Jampelyang

Un grand Maître tibétain, Gungthang Rinpoche གུང་ཐང་འཇམ་པའི་དབྱངས་, résumait la voie en quatre énoncés :

 

 La mesure du Dharma -> le rejet de l'attachement pour la vie actuelle 

La clef du Dharma -> l'écoute (l'étude) correcte 

La racine du Dharma -> un état d'esprit bon 

L'essence du Dharma -> l'union de la méthode (notamment amour, compassion esprit d'Eveil) et de la sagesse

vendredi 2 octobre 2020

Le deuil

Émission Sagesses Bouddhistes diffusée le 10 mai 2020

Comment faire face au deuil 

Invité : Christophe Fauré

 Réalisation : Michel Baulez 

Présentation : Aurélie Godefroy

Cette émission aborde un sujet grave et sensible, celui du deuil. Comment l’appréhender, comment en franchir les différentes étapes, le vivre, de quelle manière l’entourage peut apporter son aide… 



Hommage à Manjushri

 Hommage au Bouddha de la sagesse, Manjushri

 

Psalmodie traditionnelle



Interprétation plus moderne




jeudi 1 octobre 2020

La solitude des aînés :-(

 Merci aux Petits Frères des pauvres d'essayer d'attirer l'attention sur le sort des aînés en ces temps de prospérité et de "progrès"...

En temps "normal", la solitude est hélas déjà le triste lot d'un trop grand nombre de personnes âgées, et depuis mars dernier et le confinement, la situation s'aggrave ! :-(






Comment sortir du samsara

 

La maladie doit être discernée, et sa cause rejetée ;


la santé doit être recouvrée, et le remède absorbé.


De même, la souffrance, l'origine, la cessation 

tout comme le chemin


Sont à discerner, rejeter, réaliser 

ou encore appliquer.

 

(Uttaratantra)

Qu'attendre des Bouddhas ?

 

Les Mouni ne nettoient pas les fautes avec de l’eau ;

Ils n’ôtent pas de la main  les souffrances des êtres ;

Ils ne transfèrent pas à autrui leurs réalisations.

Ils libèrent en enseignant la vraie nature des choses. 

 

 (Udanavarga Vivarana )

Méditer les quatre attentions

Dans le Soutra des quatre attentions, Satipaṭṭhānasutta , le Bouddha explique comment maintenir l'attention au corps, aux sensations, à l'esprit, les formations mentales, en vue d'atteindre la libération.

D'autres soutras abordent les mêmes thèmes, sous des angles différents.
Ainsi, le Soutra de celui qui connaît l'art de vivre seul dont voici un extrait posté sur le site de la Maison de l'Inspir.

Ainsi ai-je entendu.
Un jour, le Bouddha demeurait au monastère d’Anathapindika dans le parc Jeta près de Savatthi.
Il fit venir les moines et leur dit: “Moines!”
Et les moines répondirent : “Nous sommes là.”

Le Très Honoré dit:
“Je vais vous enseigner ce que signifie ”savoir vivre seul”.
Pour commencer, je vais donner un aperçu de l’enseignement puis je continuerai par une explication détaillée. Moines, écoutez attentivement.”
“Nous écoutons, Très Honoré.”

Le Bouddha enseigna:
“Ne poursuivez pas le passé.
Ne vous perdez pas dans le futur.
Le passé n’est plus.
Le futur n’est pas encore.
Regardez attentivement la vie maintenant.
Le pratiquant demeure stable et libre.
Soyons diligents aujourd’hui, demain il sera trop tard.
La mort vient sans prévenir,
et l’on ne marchande pas avec la mort.
Qui sait demeurer nuit et jour dans la pleine conscience est appelé par le Bouddha :
“Celui qui connaît l’art de vivre seul.”

“Moines, qu’entendons-nous par poursuivre le passé ?
Lorsque quelqu’un pense à ce qu’étaient son corps, ses sensations, ses perceptions, ses facteurs mentaux, sa conscience dans le passé; lorsqu’il pense ainsi et qu’il commence à s’attacher à ces choses du passé, alors cette personne est entrain de poursuivre le passé.

“Moines, qu’entendons-nous par ne pas poursuivre le passé ? Lorsque quelqu’un pense à ce qu’étaient dans le passé son corps, ses sensations, ses perceptions, ses facteurs mentaux, sa conscience, lorsqu’il pense ainsi et qu’il ne commence pas à s’attacher à ces choses du passé, alors cette personne ne poursuit pas le passé.”

“Moines, qu’entendons-nous par se perdre dans le futur ?
Lorsque quelqu’un pense à ce que seront son corps, ses sensations, ses perceptions, ses facteurs mentaux, sa conscience dans le futur; lorsqu’il pense ainsi et qu’il commence à s’attacher et à rêver à ces choses qui appartiennent au futur, alors on peut dire qu’il se perd dans le futur.

“Moines, qu’entendons-nous par ne pas se perdre dans le futur ? Lorsque quelqu’un pense à ce que seront son corps, ses sensations, ses perceptions, ses facteurs mentaux, sa conscience dans le futur, lorsqu’il pense ainsi et qu’il ne commence pas à s’attacher et à rêver à ces choses qui appartiennent au futur, alors on peut dire qu’il ne se perd pas dans le futur.”

 “Moines, qu’entendons-nous par être emporté par le présent?
Quand une personne n’apprend rien et ne sait rien de ce qui concerne l’Éveillé, les pratiques de transformation et la communauté, ne connaît rien de ce qui concerne les sages et leurs enseignements ou ne pratique pas ceux-ci, quand cette personne pense: “Ce corps est moi, je suis ce corps, Ces sensations sont moi, je suis ces sensations. Cette perception est moi, je suis cette perception. Ce facteur mental est moi, je suis ce facteur mental. Cette conscience est moi, je suis cette conscience,” alors cette personne est emportée par le présent.

“Moines, qu’entendons-nous par ne pas être emporté par le présent ?
Quand une personne apprend et connaît ce qui concerne l’Éveillé, les pratiques de transformation et la communauté, connaît ce qui concerne les sages et leurs enseignements ou pratique ceux-ci, quand une personne ne pense pas :
“Ce corps est à moi, je suis ce corps, Ces sensations sont à moi, je suis ces sensations. Cette perception est à moi, je suis cette perception. Ce facteur mental est à moi, je suis ce facteur mental. Cette conscience est à moi, je suis cette conscience,” alors cette personne n’est pas emportée par le présent.”

“Ainsi, je viens de vous donner un aperçu et des explications sur ce que veut dire Celui qui sait vivre seul.”

Après que le Bouddha eut terminé cet enseignement, les moines furent enchantés de le mettre en pratique.